Macky Sall condamne « fermement » le coup d’Etat militaire au Niger

Views: 138
Votre PUB ici

Le président sénégalais, Macky Sall a condamné « fermement » le coup d’Etat militaire au Niger contre un président démocratiquement élu, appelant les militaires à préserver la sécurité et la sûreté du Président Bazoum et de sa famille ».

« Je condamne fermement le coup d’Etat militaire au Niger contre un président démocratiquement élu. La prise de pouvoir par la force est inacceptable. La sécurité et la sûreté du Président @mohamedbazoum et de sa famille doivent être préservées et l’ordre constitutionnel restauré », a twitté le président Sall ce jeudi.

Mercredi soir, des militaires ont affirmé avoir renversé le régime du président nigérien Mohamed Bazoum, dans une déclaration lue par l’un d’entre eux à la télévision nationale à Niamey, au nom d’un Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP).

« Nous, forces de défense et de sécurité, réunis au sein du CNSP, avons décidé de mettre fin au régime que vous connaissez », celui du président Bazoum, a déclaré le colonel-major Amadou Abdramane, entouré de neuf autres militaires en tenue.

Le président du Niger Mohamed Bazoum a finalement été destitué mercredi 26 juillet, au terme d’une longue journée d’incertitude à Niamey.

Né à Bilabrine, dans la région de Diffa en 1960, Mohamed Bazoum se lance dans le jeu politique dans les années 1990. Figure de l’Union syndicale des travailleurs du Niger, le diplômé de philosophie fonde avec son compagnon de lutte, Mahamadou Issoufou, le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme.

Élu député une première fois en 1993, il occupera à maintes reprises la vice-présidence de l’Assemblée nationale, avant d’être nommé ministre lorsqu’Issoufou accède à la présidence nigérienne en 2011. Mohamed Bazoum officie d’abord aux Affaires étrangères, puis à l’Intérieur. Des expériences qui lui permettent de développer son carnet d’adresses à l’international.

Il succède à son mentor en avril 2021, quand il est élu avec près de 56% des voix face à son adversaire, Mahamane Ousmane. Sa victoire est tout juste validée par la Cour constitutionnelle que des militaires tentent un coup d’État, seulement deux jours avant son investiture. Un an plus tard, presque jour pour jour, les autorités nigériennes annoncent avoir déjoué une nouvelle tentative de putsch.

Finalement, c’est un groupe d’officiers disant appartenir à un Conseil national pour la sauvegarde de la patrie qui a annoncé, mercredi 26 juillet dans la soirée  à la télévision nationale, avoir renversé le président Bazoum.

Salif SAKHANOKHO

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *