Faut-il en finir avec la CEDEAO ?

Views: 65
Votre PUB ici

Il faut avoir de la mémoire : la Cedeao peut s’enorgueillir d’avancées réelles. Le fiel que déversent sur elle les réseaux sociaux ne doit pas occulter aux yeux des Ouest-Africains ce qui peut être mis à son actif

Mali, Guinée, Burkina… L’Afrique de l’Ouest égrène les coups d’État comme le dévot son chapelet de djalambane. Et il s’en est fallu de peu que la Guinée-Bissau ne rejoigne le cortège des pays membres de la Cedeao frappés par ce variant moderne d’un virus que l’on pensait disparu et qui a brusquement ressurgi en août 2020. Mêmes causes (la mauvaise gouvernance), mêmes effets (la confiscation du pouvoir par des officiers qui usent et abusent de la corde souverainiste et nationaliste pour asseoir leur légitimité comme leur popularité).

L’ancienne puissance coloniale française tient lieu de repoussoir, tandis que la Cedeao est vouée aux gémonies. Une grande partie de l’opinion lui reproche tout et son contraire : sa trop grande sévérité, notamment vis-à-vis du Mali, mais aussi son laxisme à l’égard de certains chefs d’État accusés d’incompétence ou qui s’accrochent à leurs trônes en modifiant les Constitutions. La rue ouest-africaine rêve d’une Cedeao des peuples et fustige donc une institution qui n’incarne rien d’autre à ses yeux qu’un vulgaire syndicat de présidents inféodés à Paris.

Assimi Goïta a franchi toutes les lignes jaunes

L’heure n’est visiblement guère à l’objectivité, à l’introspection, au retroussage de manches ou à la réflexion sur le chemin à emprunter en toute indépendance pour sortir de l’ornière, mais à la recherche de responsables, de coupables et de boucs émissaires. Qu’importe si pour se débarrasser du joug imposé par un maître honni (la France), il faut se jeter dans les bras d’un autre (la Russie) dont rien ne prouve qu’il fera mieux ou se comportera différemment, c’est-à-dire en se préoccupant d’autre chose que de ses propres intérêts. L’objectif est clair : quitter la proie pour l’ombre coûte que coûte. Demain est un autre jour…

La Cedeao mérite-t-elle d’être ainsi brulée sur le bûcher des vanités souverainistes ? L’Afrique de l’Ouest est-elle si mal lotie ? Prenons le cas du Mali, le plus emblématique des trois putschs menés dans la région, et de son chef, Assimi Goïta. De par ses textes et son ADN, l’organisation n’avait d’autre choix que de condamner le coup d’État et d’adopter des sanctions. La junte qui a renversé il y a dix-huit mois le président Ibrahim Boubacar Keïta, puis le président de la transition, Bah Ndaw, a franchi toutes les lignes jaunes.

Elle devait organiser des élections ce 27 février, soit dans un délai qui semblait raisonnable, mais elle a finalement décidé de n’en rien faire. Pas plus qu’elle ne le fera l’année prochaine et les suivantes puisqu’elle table sur une transition de quatre à cinq ans, rien que cela ! En lieu et place, elle gère tout, seule, sans aucune concertation ni gages de bonne volonté. Menace d’emprisonnement les récalcitrants ou les personnalités politiques jugées trop influentes. Fait régner la peur, notamment parmi la société civile ou les journalistes, sommés de courber l’échine et, surtout, de chanter ses louanges plutôt que d’émettre la moindre critique. Le culte de la personnalité devient la règle. Et puisque s’ériger en sauveur de la nation en jouant sur la corde nationaliste ou anticolonialiste et en flattant l’ego longtemps malmené des Maliennes et des Maliens est payant, la propagande tourne à plein régime.

Diatribes populistes

En la matière, la junte a même sorti les orgues de Staline ! Elle est également parvenue à transformer le très opportuniste (il a soutenu puis lâché Moussa Traoré, Amadou Toumani Touré et Ibrahim Boubacar Keïta…) et falot Choguel Maïga, le Premier ministre, en un véritable berserker, ces guerriers-ours de la mythologie scandinave qui, au combat, entraient dans une rage folle qui décuplait leur force et gommait tout sentiment de peur. L’intrépide Choguel pourfend donc à tour de bras la France, la Cedeao, l’Union européenne, les impérialistes, les ennemis du Mali.

Face à une situation qui semble inextricable, qu’attend-on exactement de la Cedeao, au-delà des diatribes populistes entendues ici et là ? Concernant ses silences devant les changements de Constitution opérés par certains chefs d’État pour se maintenir au pouvoir, c’est un faux procès. Chaque pays membre est libre de modifier la loi fondamentale comme il l’entend, la seule limite fixée par l’organisation étant de ne pas le faire moins de six mois avant une élection présidentielle. En cas de coup d’État, sa doctrine comme ses textes sont clairs. Depuis les déclarations d’Alger puis de Lomé, lors des sommets de l’OUA de 1999 et 2000, les règles sont simples : condamnation, sanctions et délai de six mois pour un retour à l’ordre constitutionnel. Libre à chacun d’entre nous de penser que tel ou tel putsch est salvateur, mais, par principe, la Cedeao estime qu’un pouvoir légal ne doit pas être renversé par la force. Et quand cela arrive, que l’ordre constitutionnel doit être rétabli au plus vite. De quels autres moyens de pression que les sanctions économiques la Cedeao dispose-t-elle?

Boîte de Pandore

Si l’on commence à accepter que tel ou tel groupe d’officiers, qui n’ont par ailleurs jamais rien prouvé ni réglé dans leurs pays, peuvent décider quand bon leur semble de s’emparer de tous les leviers de l’État sans rendre aucun compte et en fixant la durée de leur « mandat » à leur guise, on signerait là l’arrêt de mort de nos « démocraties », aussi imparfaites soient-elles. Et on ouvrirait inconsidérément la boîte de Pandore…

Il faut avoir de la mémoire : la Cedeao peut s’enorgueillir d’avancées réelles. En matière de défense de la démocratie, ou pour éviter le pire, rappelons qu’elle joua un rôle majeur en Sierra Leone et au Liberia, grâce à l’Ecomog, dans les années 1990. Ou au Niger, en 2009, quand Mamadou Tandja tenta de jouer les prolongations envers et contre tous. En Guinée-Bissau, aussi, avec sa mission Ecomib, envoyée après le coup d’État d’avril 2012 contre le Premier ministre Carlos Gomes Junior. Au Mali, déjà, quand elle porta assistance aux forces armées nationales dès 2013 pour répondre à la crise sécuritaire. Enfin en Gambie, en 2017, où ses troupes forcèrent Yahya Jammeh à partir en exil en Guinée équatoriale et où sa mission Ecomig est toujours présente (à la demande de l’État).

Le fiel que déversent sur elle les réseaux sociaux ne doit pas occulter aux yeux des Ouest-Africains ce qui peut être mis à son actif. Au sein de la Cedeao, les personnes et les biens circulent (presque) sans entraves. Un ressortissant de cette zone peut, avec son seul passeport et sans visa, se rendre dans n’importe lequel des quatorze autres pays membres et s’y installer. Un entrepreneur y écouler ses produits. En son sein, on prône l’intégration dans tous les domaines et on envisage la création d’une monnaie unique, l’Eco. Demandez à un citoyen d’Afrique centrale, par exemple, s’il jouit des mêmes avantages… Last but not least, la Cedeao est accusée d’être soumise à la France. C’est oublier que sur ses quinze membres, huit seulement sont francophones (pour cinq anglophones et deux lusophones). Et que la plupart d’entre eux, à l’exception de la Côte d’Ivoire ou du Sénégal, ont peu de poids comparés au Nigeria, voire au Ghana… Bref, vous l’aurez compris, si l’organisation régionale est loin d’être parfaite, il serait absurde de vouloir jeter le bébé avec l’eau du bain.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *