Le pari de Poutine sur l’Ukraine est-il rationnel ?

Views: 83
Votre PUB ici

Tôt le matin du 24 février, sous les ordres du président Vladimir Poutine, la Russie a lancé une invasion totale de l’Ukraine. L’armée de l’air russe a commencé à frapper des cibles militaires dans tout le pays et les forces d’occupation avancées ont traversé la frontière au nord et au sud.

Ce qui paraissait inimaginable à de nombreux experts russes, y compris moi-même, il y a à peine un jour est maintenant une réalité que le monde devra accepter et affronter.

À première vue, la décision de Poutine semble irrationnelle. C’est un crime contre l’Ukraine – une violation flagrante du droit international. Cela marquera un chapitre sombre de l’histoire de la Russie et infligera à la Russie des coûts qui pourraient s’avérer suffisamment lourds pour retourner le peuple russe contre son président.

La rhétorique du Kremlin selon laquelle l’Ukraine est une « nation fraternelle » est largement moquée en Occident, mais c’est en effet ainsi que la plupart des Russes voient leur voisin – non pas pour des raisons idéologiques, mais parce que presque tous ont des parents ou des amis dans ce pays.

Vendre cette guerre aux Russes sera une tâche ardue pour Poutine – rien à voir avec l’occupation de la Crimée, qui a été presque sans effusion de sang avec une nette majorité de la population locale accueillant le changement de drapeau. Aujourd’hui, les Ukrainiens semblent prêts à mener un vrai combat, ce qui signifie un conflit prolongé avec de multiples victimes du côté russe.

Justifier la perte de revenus et d’épargne que subiront les Russes en raison des sanctions occidentales attendues sera tout aussi difficile. Ce matin, des habitants de Moscou auraient déjà fait la queue devant des distributeurs automatiques de billets distribuant des devises étrangères en prévision de l’effondrement du rouble. De plus, l’inévitable isolement de l’Occident va être un cauchemar non seulement pour l’intelligentsia libérale, mais aussi pour une grande partie de l’élite politique et commerciale.

Si toutes ces prédictions s’avèrent exactes et que cette guerre entraîne la chute de Poutine, beaucoup en Ukraine et en Occident diront que cela en valait la peine. Et si Poutine n’était pas irrationnel ? Et si ceux qui continuent à penser qu’il l’est sont des idéalistes naïfs ? Et si l’Ukraine se rendait complètement après quelques jours, que l’économie russe supportait les sanctions occidentales sans transpirer et que les Russes continuaient à vaquer à leurs occupations quotidiennes ?

Si cela s’avère être le cas, nous nous retrouverons dans un monde plus sombre et beaucoup plus sinistre où l’agression et la cruauté sont considérées comme une condition préalable au succès sur la scène internationale.

Nous saurons bientôt si Poutine était rationnel ou non.

Comment se déroulera le pari de Zelenskyy ?
Nous saurons également bientôt si le président ukrainien Volodymyr Zelensky a fait le bon choix en choisissant de se battre plutôt que d’éviter la collusion en acceptant le statut de neutralité de son pays ou en acceptant de mettre en œuvre les accords de Minsk, comme l’exigeait la Russie avant l’invasion.

Nous ne savons pas encore comment tout cela se terminera, mais nous savons que les résultats d’une (très probable) défaite ukrainienne seront infiniment plus drastiques que ce que les exigences russes envisageaient il y a quelques jours à peine.

Zelenskyy a certainement ressenti le soutien de la société ukrainienne lorsqu’il a passé l’appel, mais peut-être a-t-il également ressenti le besoin de se présenter comme un politicien vraiment dur dans une situation où le Kremlin et l’opposition nationale l’ont décrit, un ancien comédien, comme un veule. amateur politique. Cette envie l’a peut-être incité à prendre un risque intenable.

Nous découvrirons également, bien que beaucoup plus tard lorsque des documents classifiés seront mis dans le domaine public, quel rôle les alliés occidentaux de l’Ukraine ont joué dans sa prise de décision – s’ils l’ont encouragé à résister à Poutine avec tous les moyens dont il disposait, ou l’ont poussé du coude vers le compromis, mais n’a pas réussi à surmonter sa détermination obstinée.

Même si seul le temps nous dira ce que cette escalade apportera à Poutine et à Zelensky, il y a aussi des leçons immédiates qui peuvent être tirées des événements d’aujourd’hui.

Il est temps de remettre en question l’approche de Washington vis-à-vis de la Russie
Les événements tragiques en cours en Ukraine devraient relancer la discussion sur la sagesse des politiques occidentales et plus particulièrement américaines à l’égard de la Russie et du reste de l’ex-URSS au cours des 30 dernières années.

Dans quelle mesure était-il sage d’étendre l’OTAN et l’UE vers les frontières de la Russie, en isolant la Russie de ses voisins les plus proches et en brisant le flux naturel des sociétés post-soviétiques avec des frontières dures et des barrières commerciales ? La politique visait à empêcher un nouvel État monstre agressif, l’URSS 2.0, de sortir des ruines de l’Union soviétique. Mais n’est-ce pas exactement ce qui se passe actuellement ? N’aurait-il pas été beaucoup plus sage de donner la priorité à l’intégration de la Russie – une énorme puissance nucléaire – dans l’Occident lorsque le pays était mûr et prêt pour cela, plutôt que de la considérer comme une puissance en déclin largement hors de propos ?

Divers responsables russes ont averti l’Occident dans les années 1990 que les efforts pour isoler et marginaliser la Russie entraîneraient la montée des forces nationalistes et autocratiques dans le pays. En effet, Poutine lui-même a rappelé dans l’un de ses derniers discours comment il avait demandé une fois au président Bill Clinton si la Russie pourrait également rejoindre l’OTAN, mais n’a pas obtenu de réponse.

En 2000, lorsqu’il a été élu pour la première fois lors d’élections encore démocratiques, Poutine était considéré comme un libéral et tacitement soutenu par l’Occident contre ses rivaux plus conservateurs. Homme sans véritables principes politiques, juste avide de pouvoir, Poutine aurait pu devenir un parfait eurocrate. L’Occident, avec sa peur perpétuelle de la Russie, n’a-t-il pas développé son propre Frankenstein ?

Même maintenant, au point de collision, l’Occident n’a pas de vision d’une Russie post-Poutine qui pourrait motiver les Russes à changer le régime politique de leur pays. En effet, pour beaucoup dans les cercles bellicistes, une Russie agressive et isolée est une vache à lait qui sécurise leurs salaires et contrats lucratifs.

La société russe est responsable de la tragédie actuelle de l’Ukraine et d’avoir permis à Poutine d’usurper le pouvoir. Mais cette guerre, avec ses nombreuses conséquences désastreuses qui vont émerger dans les jours et les semaines à venir, est en soi une punition pour les Russes. Désormais, tous les efforts doivent se concentrer sur la recherche d’un moyen de construire une Europe unie, avec une Russie démocratique post-poutiniste comme partie intégrante.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *