L’UA “perturbée” par des informations selon lesquelles des Africains auraient été empêchés de fuir l’Ukraine

Views: 45
Votre PUB ici

L’Union africaine (UA) se dit “perturbée” par des informations selon lesquelles des ressortissants africains en Ukraine sont empêchés de traverser la frontière en toute sécurité pour fuir le conflit qui fait rage dans le pays.

Dans un communiqué publié lundi soir, l’organisme panafricain a déclaré : « [T]outes les personnes ont le droit de traverser les frontières internationales pendant un conflit, et en tant que telles, devraient jouir des mêmes droits de traverser pour se protéger du conflit en Ukraine, nonobstant leur nationalité ou identité raciale ».

Des ressortissants africains, pour la plupart des étudiants, ont accusé les forces de sécurité ukrainiennes de les empêcher de monter à bord des trains à destination des régions frontalières. Des vidéos partagées sur les réseaux sociaux montrent également les forces frontalières ukrainiennes poussant des ressortissants africains alors qu’ils tentent de quitter l’Ukraine.

“Des informations selon lesquelles les Africains sont ciblés pour un traitement différent inacceptable seraient scandaleusement racistes et enfreindraient le droit international”, a poursuivi le communiqué de l’UA.

Al Jazeera s’est entretenu avec plusieurs ressortissants africains et asiatiques qui ont déclaré avoir été refoulés par les autorités ukrainiennes à la frontière avec la Pologne.

“Nous étions les derniers à nous lancer dans quoi que ce soit, c’était toujours comme ça.” Madi Kemel Dinga, une étudiante congolaise, a déclaré à Al Jazeera dans un centre d’accueil à Korczowa, dans l’est de la Pologne.

«Ils feront d’abord passer leur peuple en premier. Et puis nous. Pour moi, c’était discriminatoire mais pour eux, c’est normal », a ajouté Dinga.

Certaines des personnes avec lesquelles Al Jazeera s’est entretenue ont déclaré qu’un pays en guerre pouvait être pardonné de donner la priorité à son peuple. D’autres, dont certains avec leurs propres familles ukrainiennes, ont déclaré que le contraste entre les traitements était trop frappant.

“Nous comprenons qu’ils doivent sauver leurs citoyens, mais nous avons été fidèles à l’Ukraine”, a déclaré Ronald Mangu Achu, un étudiant camerounais, à Al Jazeera. « Nous avons été légalement dans leur pays. Nous leur avons montré de l’amour. Je crois que le moins qu’ils puissent faire est de nous évacuer.

Les pays africains se bousculent pour évacuer leurs citoyens d’Ukraine depuis que Moscou a envoyé ses troupes de l’autre côté de la frontière jeudi.

Le Nigéria a déclaré qu’il comptait environ 8 000 ressortissants dans le pays et que certains avaient réussi à traverser la frontière vers les pays voisins.

Dimanche, le gouvernement nigérian s’est dit préoccupé par les informations faisant état de comportements discriminatoires des gardes-frontières ukrainiens et polonais à l’encontre de ses ressortissants.

“Il y a eu des rapports malheureux de la police ukrainienne et du personnel de sécurité refusant d’autoriser les Nigérians à monter à bord des bus et des trains en direction de [la] frontière entre l’Ukraine et la Pologne”, a déclaré la présidence nigériane dans un communiqué publié sur Twitter.

« Nous comprenons la douleur [et] la peur à laquelle sont confrontées toutes les personnes qui se trouvent dans cet endroit terrifiant. Nous apprécions également que ceux qui occupent des postes officiels dans la sécurité et la gestion des frontières connaîtront dans la plupart des cas des attentes impossibles dans une situation à laquelle ils ne s’attendaient pas », ajoute le communiqué.

« Mais, pour cette raison, il est primordial que chacun soit traité avec dignité et sans faveur. Tous ceux qui fuient une situation de conflit ont le même droit à un passage sûr en vertu de la Convention des Nations Unies et la couleur de leur passeport ou de leur peau ne devrait faire aucune différence », a-t-il déclaré.

Le ministre nigérian des Affaires étrangères, Godfrey Onyeama, a déclaré lundi à Al Jazeera que l’évacuation des ressortissants ukrainiens du pays commencerait mercredi. Onyeama a déclaré que plus d’un millier d’étudiants étaient arrivés à Bucarest, en Roumanie voisine.

Le ministre a déclaré qu’Abuja était en contact avec les gouvernements polonais et ukrainien, exprimant leur mécontentement face aux cas de discrimination signalés.

Dimanche, le porte-parole du ministère sud-africain des Affaires étrangères, Clayson Monyela, a déclaré dans un tweet que plusieurs étudiants de son pays étaient bloqués à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne.

L’ambassadeur sud-africain en Pologne était à la frontière pour essayer de faire passer les étudiants, a ajouté Monyela. Des étudiants sud-africains et d’autres pays africains ont été maltraités à la frontière, a déclaré Monyela.

Pendant ce temps, les États-Unis ont déclaré qu’ils se coordonnaient avec les agences des Nations Unies et d’autres gouvernements “pour garantir que chaque individu, y compris les étudiants africains, traversant l’Ukraine pour chercher refuge soit traité de la même manière – quelle que soit sa race, sa religion ou sa nationalité”.

Le nombre de personnes fuyant l’invasion russe de l’Ukraine a grimpé à plus d’un demi-million et au moins 102 civils ont été tués depuis l’entrée des troupes de Moscou dans le pays, selon les Nations Unies.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *