Tunis, Tunisie – Les partis politiques et les groupes de la société civile rejettent le “monopole du pouvoir” du président Kais Saied, exigeant le droit de décider de l’avenir de leur pays

Views: 147
Votre PUB ici

Des centaines de Tunisiens se sont rassemblés vendredi dans la capitale pour marquer le 11e anniversaire du soulèvement qui a renversé l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali, défiant l’interdiction des rassemblements publics imposée par le gouvernement pour contrer la propagation rapide du COVID-19.

L’interdiction est intervenue deux jours seulement avant les manifestations appelées par les principaux partis politiques et personnalités nationales contre les mesures exceptionnelles prises par le président Saied le 25 juillet – une décision décriée par les critiques comme visant à arrêter les manifestations.

Lors de ce qui avait été le jour de la Révolution jusqu’à l’année dernière – désormais officiellement observé le 17 décembre sur décret présidentiel – des groupes de manifestants se sont rassemblés en divers endroits du centre de Tunis après que les unités de sécurité ont bloqué toutes les routes principales menant à l’avenue Habib Bourguiba, le célèbre point focal de la révolution de 2011.

Malgré la forte présence policière, les principaux partis politiques du pays, les organisations de la société civile, les législateurs, les avocats et les militants ont manifesté.

“L’élite politique essaie d’affirmer sa présence dans la sphère publique dans un acte de résistance contre l’intention du président de monopoliser le processus politique”, a déclaré Tarek Kahlaoui, un analyste politique tunisien, à Al Jazeera après les manifestations de vendredi.

Avenue Mohamed V, les partisans du parti islamiste modéré Ennahdha se sont rassemblés aux côtés des membres de la campagne Citoyens contre le putsch.

Le mouvement Ennahdha, qui détenait le plus grand nombre de sièges au parlement aujourd’hui gelé, a été à la tête des partis d’opposition qui protestaient contre la suspension du parlement par Saied, sa prise du pouvoir et envisageait de modifier la constitution, qu’ils appeler un coup d’état. Ces mesures ont été renforcées par un décret présidentiel du 22 septembre.

“Nous ne sommes pas prêts à revenir à un monopole de tout le pouvoir, à être sous le règne d’un seul homme ou d’une gouvernance à parti unique”, a déclaré à Al Jazeera un membre dirigeant d’Ennahdha, Gafsi, qui n’a pas donné son vrai nom. rassemblement sur Mohamed V.

“Nous n’abandonnerons pas les libertés politiques que nous avons acquises grâce à la révolution”, a-t-il ajouté, fustigeant la concentration du pouvoir décisionnel et du contrôle de Saied sur le système judiciaire.

Gafsi a adopté l’appel de son parti à un dialogue national global pour reprendre la vie démocratique et conclure un terrain d’entente, suggérant que c’est le seul moyen de sortir de l’impasse politique. “Le raccourci pour sortir de cette crise est le retour à la démocratie”, a déclaré un manifestant nommé Montassar réuni dans la même foule. “La révolution est en marche, nous continuons à traverser les transitions lentement mais sûrement.

L’initiative Citoyens contre le coup d’État, qui comprend des membres et des sympathisants du parti Ennahdha ainsi que des politiciens et des défenseurs des droits de l’homme, avait annoncé qu’elle organiserait des manifestations du 17 décembre au 14 janvier pour exiger la fin des mesures d’urgence et le retour à la démocratie.

Le collectif a également exigé la reprise des travaux parlementaires, la défense de la constitution, la préservation des droits et libertés et la fixation d’une date pour des élections législatives et présidentielle anticipées.

L’activiste politique et professeur de droit constitutionnel Jaouhar Ben Mbarek, coordinateur de la campagne anti-coup d’État, a déclaré jeudi lors d’une conférence de presse que des réunions avaient été organisées dans le but de “former un front national démocratique uni pour combattre le coup d’État”.

“Dérive autoritaire”

Ridha Belhaj, avocat et membre du comité exécutif de la campagne, a déclaré à la suite des rassemblements de vendredi que le large rejet des décisions de Saied, la forte présence sécuritaire et les méthodes brutales utilisées contre les manifestants marqueront un « tournant ».

“Un large front d’opposition va se constituer pour lutter contre cette dérive autoritaire, d’autant plus que la crise économique et sociale s’approfondit, isolant de plus en plus Kais Saied”, a déclaré Belhaj.

Ces derniers jours, Citizens Against the Coup a lancé des pourparlers préliminaires avec divers partis dans le but de construire un front politique.

Son plan proposé consiste à revenir à la règle constitutionnelle et repose sur le redémarrage de l’activité du parlement – même si ce n’est que temporairement. Cela lui permettrait à son tour d’entreprendre des réformes politiques telles que la modification de la loi électorale parlementaire, la création d’une cour constitutionnelle et la préparation de nouvelles élections, a expliqué Belhaj.

Parallèlement, a-t-il poursuivi, un débat national avec toutes les forces vives de la société tunisienne devrait être ouvert pour discuter des réformes économiques et sociales indispensables.

Saied a promis à plusieurs reprises d’organiser un dialogue national au cours des derniers mois, bien qu’il n’ait pas encore tenu ses promesses.

“Le gros problème depuis la révolution est ce décalage entre les revendications socio-économiques du peuple, non satisfaites jusqu’à aujourd’hui, et la poursuite des politiques néolibérales qui se sont poursuivies après 2011”, a déclaré Belhaj.

“C’est le moment pour la classe politique de réfléchir aux erreurs commises au cours des 11 dernières années et d’avancer dans de nouvelles conditions.”

Le Parti des travailleurs a organisé son propre rassemblement devant la Banque centrale pour commémorer l’anniversaire de la révolution dans un choix symbolique « pour condamner la poursuite par le gouvernement de Najla Bouden de la même politique financière qui a nui au peuple et au pays », a déclaré le secrétaire général Hamma Hammami. .

Devant les locaux de la banque, Jawaher Channa, un militant affilié au parti, a exprimé sa ferme opposition à la fois à la prise de pouvoir du président et à une reprise de l’establishment politique dirigé par Ennahdha et ses alliés.

“La voie de sortie, telle que nous la voyons, est la création d’un axe progressiste et révolutionnaire capable de mener la prochaine phase”, a expliqué Channa à Al Jazeera, indiquant que l’accent devrait être mis sur les droits économiques et sociaux, là où tous les gouvernements ont échoué. à ce jour.

Une coordination de partis sociaux-démocrates, qui comprend Attayar (Courant démocratique), Ettakatol (Forum démocratique pour le travail et les libertés) et Al Joumhouri (Parti républicain) a également organisé des manifestations dans le centre-ville de Tunis.

La feuille de route promise depuis longtemps et dévoilée par Saied le mois dernier implique un référendum constitutionnel, qui se tiendra le 25 juillet, à la suite d’une consultation publique en ligne entre janvier et mars, et des élections législatives en décembre de cette année.

“Rééquilibrer le pouvoir”

Selon Kahlaoui, le principal test est de savoir si les forces de l’opposition suivront le plan du président et le combattront de l’intérieur, ou imposeront le leur. Il s’est demandé s’ils seraient capables de contrer Saied efficacement et de proposer un plan alternatif viable pour sortir de la crise actuelle.

Selon lui, l’élite politique devrait opérer “dans le cadre de la feuille de route existante” tout en se concentrant sur les priorités sociales et économiques de la Tunisie.

« Il serait plus réaliste de passer à travers le plan annoncé pour ensuite trouver de réelles opportunités de rééquilibrage du pouvoir avec Saied, et passer à assurer au moins la restauration des institutions du pays et le fonctionnement de la démocratie », a soutenu Kahlaoui. “C’est la voie à suivre.

” Selon lui, le véritable “change maker” est de savoir comment le président abordera le dossier socio-économique et s’il sera en mesure de limiter l’éventuelle mobilisation des mouvements sociaux, en lien avec la dégradation des conditions économiques et sociales.

Il a ajouté que la puissante Union générale du travail tunisienne (UGTT) veille à éviter une lutte ouverte avec le président Saied.

Le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi, a critiqué la feuille de route du président en décembre, affirmant qu’elle ne faisait pas grand-chose pour résoudre les problèmes sociaux et économiques du pays.

« Jusqu’à quand allons-nous discuter de la constitution ? Aujourd’hui, les gens ont l’estomac vide et s’appauvrissent », a déclaré Taboubi. Il a ajouté que le syndicat soutenait les mesures prises par Saied le 25 juillet mais “ne [lui] avait pas donné de chèque en blanc”.

Dans un communiqué publié vendredi, l’UGTT a appelé au dialogue avec la participation des différentes forces nationales pour agir dans le respect de la loi et de la protection des droits et libertés.

Bien que les actions de Saied en juillet continuent de recevoir un soutien au sein de la population tunisienne, le président a perdu une partie de sa popularité alors que l’opposition croissante est devenue plus ouvertement critique de ce qu’elle considère comme une trajectoire autocratique.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *