Sous la chaleur l’arbitre de Tunisie-Mali craque et arrête le match avent son terme!

Views: 17
Votre PUB ici
Pour son entrée en lice dans la CAN, le Mali a remporté le choc du groupe F contre la Tunisie (1-0), ce mercredi à Limbé. Une rencontre marquée par le craquage total de l’arbitre zambien, Janny Sikazwe.
Si la CAN a démarré de manière très poussive avec très peu de spectacle lors des 9 premiers matchs (9 buts), cette quatrième journée nous a offert des scènes totalement lunaires. Dans le choc du groupe F remporté par le Mali contre la Tunisie (1-0), ce mercredi, grâce à un penalty d’Ibrahima Koné, l’arbitre Janny Sikazwe a complètement perdu ses moyens dans les derniers instants. L’arbitre perd ses moyens En effet, le Zambien, pourtant réputé comme étant un des meilleurs sifflets d’Afrique, s’est liquéfié à Limbé.
Cela a commencé à la 85e minute lorsqu’il a décidé de siffler la fin du match. Conscient de sa bourde, l’homme de 42 ans, mis sous pression par des Tunisiens dans l’incompréhension totale, est revenu sur sa décision pour relancer le match, le temps d’expulser El Bilal Touré pour une semelle sur Dylan Bronn. Avant un nouveau craquage de l’homme en noir.
Et pour cause, celui qui officie pour sa cinquième CAN a mis un terme définitif à la rencontre à la 89e minute et 45 secondes. Une décision totalement injustifiée d’autant plus que les deux sélectionneurs ont opéré neuf changements en seconde période. Sans compter les trois vérifications de la VAR pour les deux penalties sifflés et pour le rouge sorti en fin de match, mais aussi la pause fraîcheur. C’est donc au moins 5 minutes de temps additionnel qui auraient pu être ajoutées ! Le banc tunisien hystérique Malgré l’hystérie du banc tunisien et les réclamations de Mondher Kebaier,
l’arbitre zambien n’a rien voulu savoir. Plus injuste encore, le quatrième arbitre s’apprêtait à afficher le temps additionnel sur son panneau avant d’échanger de manière musclée avec le technicien des Aigles de Carthage. Une colère légitime qui ne devrait pas baisser dans les prochaines heures alors que le champion d’Afrique 2004, en supériorité numérique, aurait pu chercher l’égalisation avec quelques minutes supplémentaires. Encore plus fou, le match aurait pu reprendre, sans Janny Sikazwe, mais avec son assistant en tant qu’arbitre principal, 45 minutes après le coup de sifflet final. Interrompu en conférence de presse, le coach malien, Mohamed Magassouba est revenu sur le bord de la pelouse en compagnie de ses joueurs.
Problème, leurs adversaires n’ont pas voulu jouer les minutes restantes puisqu’ils ont visiblement refusé de se présenter sur le rectangle vert, certains d’entre-eux étant déjà dans le bus en direction de l’hôtel… Une très mauvaise image pour l’Afrique du football, qui n’avait pas besoin de cela…
Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *