Pourquoi les civils ont-ils salué les récents coups d’État en Afrique de l’Ouest ?

Views: 54
Votre PUB ici

Au cours des deux dernières années, trois pays fragiles d’Afrique de l’Ouest – le Mali, la Guinée et le Burkina Faso – ont succombé à l’instabilité et ont subi des coups d’État militaires. Bien que la pandémie de COVID-19 ait pu jouer un rôle dans la poussée de ces pays au bord du gouffre, ils étaient au bord de l’instabilité bien avant l’émergence du virus en raison de vulnérabilités profondément ancrées telles que l’insécurité chronique, la corruption politique et le chômage de masse.

En effet, dans les trois pays, les interventions militaires n’ont pas été une surprise, mais sur fond d’échecs systémiques longtemps ignorés et d’un mécontentement social croissant.

Au Burkina Faso, les attaques répétées des groupes armés et l’échec du gouvernement (en partie mis en évidence par le mauvais équipement apparent des forces de sécurité du pays contre ces groupes) ont créé un vide sécuritaire. Les attentats de novembre et décembre 2021 ont fait près de 100 morts parmi les membres des forces de sécurité et les volontaires de la défense communautaire. L’armée a reproché au gouvernement de ne pas avoir répondu de manière adéquate à ces attaques. En conséquence, fin janvier 2022, ce qui semblait initialement être une mutinerie s’est transformé en un coup d’État qui a renversé le gouvernement civil du pays.

Au Mali, les tentatives du parti au pouvoir de manipuler les résultats des élections législatives de 2020 en faveur de candidats soutenus par le président de l’époque ont conduit à des manifestations de rue au cours desquelles des masses lésées ont appelé le gouvernement à démissionner. Après des mois d’impasse, l’armée a profité de la situation et a organisé un coup d’État en août 2020. Elle a d’abord facilité un arrangement transitoire, mais l’a également renversé quelques mois plus tard.

En Guinée, le coup d’État militaire de septembre 2021 a été la conséquence d’une crise politique de plusieurs mois, déclenchée par la tentative du président Alpha Condé de supprimer les restrictions à la durée du mandat présidentiel par le biais d’un référendum constitutionnel en mars 2020 – une décision qui lui a permis de briguer un troisième mandat. au bureau. Le référendum et l’élection présidentielle d’octobre 2020, qui ont abouti à la réélection de Condé, ont été entachés de boycotts de l’opposition et de groupes de la société civile, et de violentes altercations entre manifestants et forces de sécurité qui ont fait des centaines de morts. Malgré toutes les turbulences, Condé a reçu le soutien des dirigeants des nations voisines, qui n’ont pas hésité à lui envoyer des messages de félicitations après sa réélection. Mais au milieu d’une opposition généralisée à son règne, de multiples crises socio-économiques et de luttes intestines entre ses principales aides militaires, même le soutien régional n’a pas sauvé la présidence de Condé. Moins d’un an après sa réélection controversée, un coup d’État l’a chassé du pouvoir.

Aucun de ces coups d’État, ni des défis qui y ont conduit, ne s’est matérialisé soudainement. Les organisations internationales de développement et les groupes de réflexion soulignent depuis des années les défis extrêmes en matière de sécurité et de gouvernance auxquels sont confrontés ces pays. Avant même le début de la pandémie de COVID-19, le groupe de réflexion américain The Fund for Peace avait classé ces pays en « alerte élevée » ou en « alerte » dans son indice des États fragiles, suggérant que leurs vulnérabilités pourraient conduire à l’instabilité. sinon un véritable conflit armé. De même, l’Economist Intelligence Unit, dans son indice de démocratie de 2019, avait suggéré qu’il y avait une baisse constante de la qualité de la gouvernance démocratique au Burkina Faso, en Guinée et au Mali.

Au-delà des menaces à long terme pour la démocratie constitutionnelle et la sécurité dont ils sont issus, les récents coups d’État dans ces trois pays avaient un autre aspect commun surprenant : le soutien civil.

Dans les pays jouissant d’une stabilité et d’une sécurité relatives, ainsi que de garde-fous constitutionnels fonctionnels contre des menaces telles que la fraude électorale, la manipulation des tribunaux et les tentatives illégales d’allongement du mandat présidentiel, les forces armées peuvent organiser des coups d’État, mais elles échouent souvent à justifier de manière convaincante leur intervention ou à obtenir le soutien de la majorité de la population.

Au Mali, au Burkina Faso et en Guinée, cependant, l’absence de telles garanties a conduit les populations civiles à adopter avec enthousiasme les récentes interventions militaires.

En effet, les citoyens de ces pays ont réagi à la nouvelle des coups d’État militaires par des protestations non pas contre l’armée intervenante, mais contre les dirigeants politiques démis de leurs fonctions. En légitimant davantage les putschistes, les citoyens du Burkina Faso, de la Guinée et du Mali ont accusé leurs anciens maîtres coloniaux d’être complices de leur sort et ont rejeté les interventions et sanctions extérieures – principalement imposées par le bloc politique régional CEDEAO – destinées à paralyser les militaires et à les contraindre accepter les conditions proposées pour des élections démocratiques et revenir au régime « constitutionnel ».

Cette réaction était le reflet du manque de confiance des masses dans l’état de la politique démocratique dans leur pays, et elle pourrait avoir des conséquences importantes non seulement pour le Mali, le Burkina Faso et la Guinée, mais pour la région au sens large.

Premièrement, le large soutien des civils à ces coups d’État renforce l’idée que les forces armées sont les gardiennes des États. Convaincus que les processus constitutionnels existants ne sont pas adéquats pour soutenir la bonne gouvernance dans leur pays, les citoyens du Mali, du Burkina Faso et de la Guinée semblent croire que l’armée peut être une alternative crédible à la bande d’élites politiques corrompues et impénitentes qui ont trahi leur confiance. Ce sentiment pourrait conduire non seulement à ce que les militaires conservent une influence significative sur la politique dans ces pays à long terme, mais aussi à la légitimation des tentatives de réintégration des militaires dans la politique à travers le continent.

Jusqu’à présent, toutes les tentatives d’organismes régionaux comme la CEDEAO et l’UA pour inverser cette tendance ont échoué, en grande partie parce que ces tentatives se sont concentrées sur la punition des militaires plutôt que sur la compréhension et la tentative d’aider à résoudre les causes sous-jacentes qui ont conduit les populations civiles à soutenir leurs actions. En conséquence, la récente vague de coups d’État militaires en Afrique a soulevé des questions sur le rôle que les organisations multilatérales régionales et continentales peuvent jouer pour éviter un recul démocratique.

Aujourd’hui, les citoyens du Mali, du Burkina Faso et de la Guinée ont clairement le sentiment d’avoir « trouvé leur voix » et ont puni les élites politiques corrompues qui dirigent depuis longtemps leur pays en légitimant les coups d’État militaires. Les craintes légitimes que les citoyens de tout le continent puissent suivre leur exemple peuvent mettre sur le qui-vive des dirigeants démocratiques peu performants et les pousser à relever rapidement et efficacement les défis politiques et socio-économiques auxquels sont confrontés leurs pays. Bien entendu, la question de savoir si cette tendance aura des conséquences à long terme pour la région au sens large dépendra de la manière dont les militaires choisiront de gérer les relations entre l’État et la société et de leur capacité à maintenir le soutien du public.

Quoi qu’il arrive au Mali, au Burkina Faso, en Guinée et dans d’autres pays africains qui ont connu des coups d’État ces derniers temps, si les dirigeants démocratiques et les organismes multilatéraux du continent continuent d’ignorer les conditions qui ont déclenché cette nouvelle vague d’interventions militaires, ce dont nous avons été témoins jusqu’à présent pourrait très bien être un avant-goût de ce qui est à venir.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *