Le nouvel ordre mondial de la Russie

Views: 24
Votre PUB ici

Le 30 mars, juste un jour après qu’un missile russe a frappé un bâtiment administratif dans la ville portuaire de Mykolaïv, dans le sud de l’Ukraine, tuant au moins 12 personnes, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a plaidé en faveur de l’établissement d’un nouvel ordre mondial. Dans un message enregistré sur vidéo à son homologue chinois Wang Yi, Lavrov a affirmé que le monde “vivait une étape très grave de l’histoire des relations internationales”. Il a ajouté : « Nous allons, avec vous et avec nos sympathisants, avancer vers un ordre mondial multipolaire, juste et démocratique ».

Les sentiments de Lavrov ont fait écho à la déclaration conjointe du 4 février du président russe Vladimir Poutine et du président chinois Xi Jinping annonçant le début d’une nouvelle ère dans les relations internationales. Dans cette déclaration, les deux dirigeants ont non seulement appelé à un nouvel ordre multipolaire, mais ont déploré les “approches unilatérales de l’Occident pour résoudre les problèmes internationaux”, affirmant que de telles attitudes “incitent aux contradictions, aux différences et à la confrontation” et entravent “le développement et le progrès de l’humanité”. .

Il s’agit sans aucun doute d’un constat crédible, notamment au regard de la politique des États-Unis à travers le monde. Par exemple, Washington a sanctionné le gouvernement du Zimbabwe – et à juste titre – pour avoir commis des violations flagrantes des droits de l’homme, mais continue de soutenir le gouvernement ougandais tout aussi répressif avec du matériel militaire, de l’argent et de la formation. Le mois dernier, le Sénat américain a adopté une résolution exhortant « les tribunaux pénaux internationaux à enquêter sur Poutine, son conseil de sécurité et ses chefs militaires pour d’éventuels crimes de guerre » en Ukraine.

Néanmoins, Washington refuse toujours de reconnaître la Cour pénale internationale (CPI) ou de coopérer de quelque manière que ce soit à son enquête sur d’éventuels crimes de guerre commis par les troupes américaines en Afghanistan. L’hypocrisie des États-Unis est également apparente dans leur approche du conflit israélo-palestinien. Malgré les innombrables violations bien documentées des droits de l’homme et du droit international par Israël, l’occupation illégale des territoires palestiniens depuis des décennies et les politiques d’apartheid contre la population palestinienne, les États-Unis ont bloqué 53 résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU) critiquant Israël au cours des dernières cinq décennies.

Et ce ne sont pas seulement la Russie et la Chine qui sont troublées par l’hypocrisie apparente de l’Occident sur la scène internationale.

L’Afrique est également très préoccupée par l’ordre mondial actuel et demande depuis longtemps que l’ONU entreprenne une réforme substantielle pour remédier aux injustices profondément enracinées dans sa gestion des affaires internationales. En 2005, par exemple, l’Union africaine (UA) a adopté le Consensus d’Ezulwini, appelant à un CSNU plus représentatif et démocratique, dans lequel l’Afrique, comme toutes les autres régions du monde, est représentée. Et s’exprimant lors de la 35e session ordinaire de l’Assemblée de l’UA en février, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a renouvelé l’appel pour que l’Afrique se voie accorder un rôle plus important au sein de l’ONU.

Dans ce contexte, il peut sembler compréhensible que l’Afrique soutienne l’ordre mondial multipolaire que la Russie prétend construire avec l’aide de la Chine. Cependant, Pékin et Moscou n’appellent à aucune réforme qui diminuerait l’énorme emprise qu’ils ont sur les affaires mondiales. Ils n’agissent pas non plus d’une manière qui démontre, dans le cadre de ce nouvel ordre, qu’ils se soumettraient aux mêmes normes que tout le monde ou que les États et les peuples moins puissants auraient un meilleur accès à la justice. En effet, pas plus tard qu’en 2021, la Chine a bloqué une déclaration du Conseil de sécurité de l’ONU condamnant le coup d’État militaire au Myanmar. Et entre 2011 et 2019, la Russie a opposé son veto à pas moins de 14 résolutions du CSNU sur la Syrie.

Ces grandes puissances sont évidemment des partisans sélectifs et désinvoltes de la démocratie et des droits de l’homme – tout comme leur ennemi juré, les États-Unis.

Mais les nations africaines semblent maintenant déterminées à ignorer l’hypocrisie dont ont fait preuve la Russie et la Chine et attendent avec impatience l’émergence de leur nouvel ordre mondial.

La popularité de Poutine est à un niveau exceptionnellement irrationnel et peut-être dangereux en Afrique. Malgré l’illégalité et la brutalité de l’invasion russe de l’Ukraine, par exemple, le nom de Poutine orne les bus longue distance au Zimbabwe.

Et les dirigeants africains semblent également réticents à punir ou même à mettre en garde le dirigeant russe pour son « opération militaire spéciale » destructrice en Ukraine. Lors du récent vote de l’Assemblée générale des Nations Unies sur une résolution appelant à la suspension de la Russie du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies (CDH), par exemple, la majorité des États africains se sont abstenus – comme l’Afrique du Sud – ou ont carrément voté non – comme l’Éthiopie.

Pendant ce temps, l’influent chef de l’opposition sud-africaine, Julius Malema, a exhorté Poutine à “donner” une leçon à l’Ukraine et à l’OTAN, car “nous avons besoin d’un nouvel ordre mondial”. Il a également affirmé que Poutine avait donné à l’armée russe des instructions claires pour éviter les « pertes civiles » en Ukraine. Ceci malgré le fait que le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ait enregistré 1 900 victimes civiles – avec 726 personnes tuées, dont 52 enfants – principalement causées par l’utilisation d’armes explosives dans des zones peuplées.

À la lumière du mépris pour l’intégrité territoriale, l’humanité et le droit à la vie que la Russie de Poutine affiche actuellement en Ukraine, les Africains devraient s’arrêter et réfléchir à la manière dont le nouvel ordre mondial proposé par le dirigeant russe fonctionnerait probablement pour eux.

Et ce n’est pas seulement le carnage causé par la Russie en Ukraine qui devrait faire réfléchir l’Afrique à deux fois avant de soutenir le nouvel ordre mondial promu par Moscou et Pékin.

Sous Poutine, la Russie a été inondée par la saleté et la terreur politiques affiliées à l’État et parrainées par l’État. Les rivaux politiques de Poutine et tous ceux qui osent agir contre les intérêts du Kremlin, y compris les journalistes, ont fait face à des tentatives d’assassinat en Russie et à l’étranger. Beaucoup, dont l’ancien agent du Service fédéral de sécurité Alexander Litvinenko et la journaliste Anna Politkovskaïa, ont été tués. Des groupes de défense des droits humains et des médias indépendants ont été ciblés et fermés. Les élections ont été transformées en une imposture et l’entreprise privée a été pratiquement tuée. Sous les ordres de Poutine, l’armée russe a mené de nombreuses guerres immorales à travers le monde – le bombardement aveugle par la Russie de zones résidentielles en Syrie et en Géorgie a fait des milliers de morts.

De même, la Chine sous Xi est un foyer de répression. Son administration a arbitrairement détenu, torturé et maltraité des millions de musulmans turcs dans la région du nord-ouest du Xinjiang. Il a également fréquemment ciblé des intellectuels, des militants des droits civiques et des journalistes et a pris des mesures pour restreindre les droits des LGBTQ et des femmes.

Ainsi, Malema et les autres dirigeants africains qui attendent avec impatience le nouvel ordre mondial de Poutine devraient s’arrêter et réfléchir à ce qu’ils souhaitent. Un ordre mondial illibéral dirigé par des despotes aux histoires sanglantes ne peut aider l’Afrique à réaliser ses aspirations démocratiques.

L’Afrique n’a pas besoin de souscrire aux interprétations ou manifestations chinoises, russes ou américaines de la démocratie et du multilatéralisme. Il doit simplement garantir l’égalité des droits et des représentations dans un système international multipolaire véritablement progressiste qui protège ses intérêts démocratiques et économiques tels qu’ils sont inscrits dans l’Acte constitutif de l’UA.

L’enthousiasme malavisé et déplacé pour la politique d’homme fort de Poutine est un sombre reflet des échecs de l’Afrique et de sa trajectoire imprécise sous l’UA édentée. Près de 21 ans après sa création, l’UA a très peu de poids sur le continent et n’a presque pas de voix sur la scène mondiale. Et bien que sa quête d’une représentation permanente au Conseil de sécurité des Nations unies soit un exercice extrêmement louable et essentiel, elle s’est progressivement transformée en une déclaration opportune et exprimée par intermittence.

Quoi qu’il en soit, l’Afrique devrait se concentrer sur l’établissement d’un ordre mondial défini par des institutions multilatérales fortes, indépendantes et démocratiques. Sans aucun doute, c’est ce que la Chine et la Russie sont désireuses d’éviter ou de détruire, car elles veulent avoir la licence d’intimider, de réprimer, de réduire au silence et de tuer, tant chez elles qu’à l’étranger.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *