À quoi s’attendre lors du 6e sommet UE-UA (Union européenne-Union africaine)

Views: 51
Votre PUB ici

Le sixième sommet Union européenne-Union africaine s’ouvre jeudi à Bruxelles, avec pour objectif de renforcer et de recalibrer le partenariat économique et stratégique entre les pays européens et africains. Il survient au milieu de tensions sur la gestion de la pandémie mondiale et d’une récente vague de coups d’État dans certaines parties de l’Afrique.

La conférence de deux jours devrait évoluer à partir de la dynamique donateur-bénéficiaire qui a souvent caractérisé les relations postcoloniales et proposer à la place des solutions concertées aux défis mondiaux, y compris le changement climatique.

“Ce que vous attendez de l’Afrique, vous devez également vous attendre à ce que l’Afrique l’attende de vous”, a déclaré Fred Ngoga Gateretse, chef de la division de prévention des conflits et d’alerte précoce de l’UA, résumant l’attitude de réciprocité qui anime le bloc de 55 membres avant le sommet. .

Forger un partenariat d’égal à égal

S’exprimant lors d’une conférence en ligne mardi, Ngoga Gateretse a déclaré que les nations africaines étaient plus affirmées, dépassant une mentalité coloniale qui avait auparavant abouti à l’acquiescement aux propositions de l’UE.

Le partenariat Afrique-UE a été officiellement établi au Caire en 2000 et se tient traditionnellement tous les trois ans. La sixième édition, qui devait succéder à Abidjan en 2017, a été reportée d’un an en raison de la pandémie.

Pour l’UA, le sommet tant attendu sera l’occasion de changer sa position comme “l’un des riches les plus pauvres du monde” et de forger un partenariat d’égal à égal qui “maximise [s] notre capacité à bénéficier de nos propres ressources”. dit Ngoga Gateretse.

Le sommet de cette année devrait éviter de longues négociations sur un document commun. Au lieu de cela, les efforts seront dirigés vers la production d’une déclaration commune succincte de deux pages résumant les valeurs fondamentales partagées et le lancement d’un ensemble ambitieux d’accords dans le cadre du paquet d’investissement Afrique-Europe.

Par ailleurs, le format de la sixième édition évoluera vers un format plus participatif, s’éloignant des propos individuels. Les 27 chefs d’État de l’UE et des 55 chefs d’État de l’UA et leurs délégations participeront à des tables rondes pour élaborer des initiatives concrètes et livrables.

“Il y avait une tendance à sauter d’un sommet à l’autre sans qu’il se passe suffisamment de choses entre les deux et il y a une réelle prise de conscience que cette fois, ce devrait être différent”, a déclaré Koen Doens, directeur général de la coopération internationale et du développement (DEVCO) à l’European Commission, a déclaré mardi lors d’un point de presse.

“L’idée est de mettre en place un mécanisme de suivi qui puisse faire vivre l’agenda afin que nous ne l’oubliions pas jusqu’au prochain sommet”, a-t-il ajouté. La forme que prendra ce mécanisme de suivi fait toujours l’objet de débats.

Une nouvelle ère

La poussée en faveur d’investissements accrus survient alors que le monde sort de la pandémie de COVID, qui a particulièrement frappé le continent africain. Les chiffres de la Banque mondiale montrent que les niveaux d’endettement des pays à revenu faible ou intermédiaire d’Afrique subsaharienne ont atteint 702 milliards de dollars en 2020, soit le niveau le plus élevé depuis une décennie.

Alors que le continent a un besoin urgent de relancer son économie, il constitue un terreau fertile pour les investissements européens. L’UE visera à devancer ses concurrents en combinant sa grande stratégie de connectivité, appelée Global Gateway, avec l’initiative européenne Green Deal de 1 000 milliards de dollars pour lutter contre le changement climatique au pays et à l’étranger.

Cette semaine, l’UE a annoncé un nouveau programme d’investissement Global Gateway de 150 milliards d’euros (169,67 milliards de dollars) pour l’Afrique afin de financer la transformation numérique, les énergies renouvelables, l’éducation, la mobilité, etc. sur le continent africain au cours des sept prochaines années.

Cependant, davantage d’acteurs émergent en tant que partenaires possibles pour les pays africains. La Chine, principal concurrent de l’UE sur le continent, a rencontré les dirigeants africains en 2021 lors du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC). L’UA a également organisé des sommets avec les États-Unis, le Japon et la Turquie, et une conférence avec la Russie est prévue fin 2022.

“L’UE est un partenaire pertinent mais ce n’est plus le partenaire principal ni le plus important, alors que dans le même temps l’attachement de l’Europe à l’Afrique est important”, a déclaré Lidet Tadesse, responsable du Centre européen de gestion des politiques de développement (ECDPM). lors d’un briefing mardi.

“La partie africaine essaie de plus en plus de s’affirmer”, a déclaré Tadesse, ajoutant que si un déséquilibre de pouvoir persiste, l’UA devrait désormais jouer un rôle de plus en plus actif dans le sommet.

Selon Helena Koenig, haut fonctionnaire à la direction générale du commerce de la Commission européenne, la stratégie de l’UE visant à rajeunir son partenariat avec l’Afrique s’appuiera sur la réduction des risques d’investissement par le biais de fonds publics pour engager le secteur privé et promouvoir une vision verte pour ce dernier. développement.

“Il ne peut y avoir aucun doute chez nos partenaires que nous sommes prêts à aller plus haut dans nos ambitions que nous ne l’avons jamais fait auparavant”, a déclaré Koenig lors d’un briefing en ligne mardi.

Alors que les accords verts sont susceptibles de voir des convergences entre les deux parties, les nouvelles taxes européennes proposées sur les exportations de gaz du continent sont susceptibles de provoquer des frictions, notamment avec Macky Sall, le président du Sénégal, qui prend la présidence de l’Union africaine juste avant la sommet.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *