La Russie et la Chine bloquent le soutien de l’ONU aux sanctions de la CEDEAO contre le Mali

Views: 87
Votre PUB ici

La Russie et la Chine ont empêché le Conseil de sécurité des Nations Unies de soutenir une décision du bloc économique ouest-africain de la CEDEAO d’imposer de nouvelles sanctions au Mali, après que ses chefs militaires ont proposé de rester au pouvoir jusqu’à cinq ans avant d’organiser des élections.

Une déclaration du conseil rédigée par la France approuvant les sanctions n’a pas été approuvée lors de consultations à huis clos mardi, ce qui a incité trois membres africains du conseil – le Kenya, le Ghana et le Gabon – à parler aux journalistes pour soutenir la position du bloc régional.

L’ambassadeur du Kenya auprès de l’ONU, Martin Kimani, s’est dit “déçu” que le conseil ne puisse pas se mettre d’accord sur ce qu’il a qualifié de communiqué de presse “relativement doux” et a exprimé son soutien à “l’imposition de sanctions contre les autorités militaires du Mali pour assurer un transition accélérée vers la règle constitutionnelle ».

Dimanche, les dirigeants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ont suspendu la plupart des aides commerciales et financières au Mali, fermé les frontières terrestres et aériennes “avec les États concernés” et activé la force en attente du bloc, affirmant qu’elle “devra être prête à toute éventualité ”.

Cette décision est intervenue après que le gouvernement intérimaire du Mali a proposé le mois dernier de rester au pouvoir jusqu’à cinq ans avant d’organiser des élections, malgré les exigences internationales de respecter sa promesse de tenir des élections le 27 février de cette année.

La France, ancienne puissance coloniale du Mali qui assure également la présidence tournante de l’Union européenne, et les États-Unis, ont souligné leur soutien aux sanctions de la CEDEAO.

« Nous sommes totalement solidaires de la région et de cette position très courageuse et claire » de la CEDEAO, a déclaré mardi à la presse le président français Emmanuel Macron.

Washington a également soutenu les « actions fortes » du bloc des 15 membres et a exhorté le régime malien à honorer sa promesse de revenir à la démocratie.

“Une transition de cinq ans n’est pas dans leur intérêt et prolonge la douleur du peuple”, a déclaré l’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield lors d’une réunion du Conseil de sécurité.

La présidence algérienne, qui partage une longue frontière avec le Mali, a également appelé les militaires à négocier avec la CEDEAO et à « parvenir à un plan de sortie de crise, tenant compte des exigences internationales et des revendications légitimes du peuple malien ».

Soutien au gouvernement militaire du Mali

L’ambassadeur chinois Dai Bing a noté que le Mali est au milieu d’une période de transition critique et a déclaré que les forces extérieures doivent s’abstenir d’exercer une pression excessive sur le pays d’Afrique de l’Ouest.

Prenant note des récentes mesures de la CEDEAO, ainsi que de la réponse des autorités de transition, il a encouragé les deux parties à renforcer le dialogue et à résoudre les problèmes régionaux.

La Russie a rejeté la proposition de déclaration du conseil comme étant déséquilibrée et a exprimé sa sympathie au gouvernement.

“Nous comprenons et sommes conscients des difficultés rencontrées par les autorités maliennes dans la préparation des élections législatives”, a déclaré l’ambassadeur russe Vassily Nebenzia.

“Nous sommes d’accord avec le fait qu’en l’absence de restauration du contrôle du gouvernement dans de nombreuses régions du pays, il sera difficile de considérer le vote comme légitime.”

L’ambassadeur de France Nicolas de Rivière a réitéré la condamnation par son pays du déploiement de mercenaires du groupe russe Wagner, qui, selon lui, “sont connus pour menacer les civils, piller les ressources, violer le droit international et la souveraineté des États”.

Il a regretté que les autorités de transition du Mali « utilisent des fonds publics déjà limités pour payer des mercenaires étrangers au lieu de soutenir les forces nationales et les services publics au profit du peuple malien ».

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a nié que le gouvernement russe soit impliqué et a déclaré que la société avait le droit « légitime » d’être dans la nation ouest-africaine parce qu’elle avait été invitée par le gouvernement de transition.

L’ambassadeur du Mali à l’ONU, Issa Konfourou, a déclaré au Conseil de sécurité qu’il n’y avait pas de mercenaires sur le sol malien. Il a déclaré que des formateurs russes sont au Mali pour conseiller et former ses militaires sur l’utilisation du matériel militaire acquis par le gouvernement de la Russie.

Konfourou a déclaré que son gouvernement était « choqué » par les sanctions économiques et financières de la CEDEAO et « condamnait catégoriquement ces mesures illégales et illégitimes ».

Dans un discours à la nation lundi, le chef militaire, le colonel Assimi Goita, a qualifié les sanctions d'”inhumaines” tout en déclarant que le Mali reste ouvert au dialogue.

Goita a mené un coup d’État en août 2020 qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keita.

Menacé de sanctions à la suite du coup d’État, il avait promis d’organiser des élections présidentielles et législatives et de rétablir un régime civil d’ici février 2022.

Mais il a organisé un deuxième coup d’État de facto en mai 2021, forçant un gouvernement civil intérimaire et perturbant le calendrier de restauration de la démocratie.

Goita s’est déclaré président par intérim et, en décembre, son gouvernement a proposé de rester au pouvoir jusqu’à cinq ans supplémentaires.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *