Il est temps que l’Europe apprenne de ses erreurs au Sahel

Views: 144
Votre PUB ici

Le mois dernier, alors que l’attention de l’Europe était fermement concentrée sur la tension impériale qui se déroulait entre les États-Unis et la Russie à son extrémité orientale, le ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Albares, a averti l’OTAN de ne pas négliger les « défis de sécurité du Sud ».

“La Méditerranée, le Maghreb, le Sahel et l’Afrique subsaharienne sont vitaux pour l’OTAN et pour l’Europe”, a déclaré Albares dans une interview au journal Financial Times avant un sommet de l’OTAN à Madrid. “Nous parlons d’une approche à 360 degrés de l’OTAN mais, sans contenu, ce ne sera qu’un slogan … L’OTAN doit réfléchir à ce que sera son rôle.”

Outre les divisions diplomatiques en Afrique du Nord, Albares a évoqué le « djihadisme », le « trafic illicite d’êtres humains, d’armes et de drogue » et l’émergence de nouveaux régimes militaires au Sahel pour expliquer pourquoi il pense que l’OTAN devrait approfondir son engagement dans la région. .

Curieusement, Albares a omis de mentionner qu’au cours de la dernière décennie, toutes les principales menaces à la sécurité auxquelles le Sahel est confronté aujourd’hui – en particulier celles des insurrections armées, des réseaux de trafiquants et des militaires enhardis – ont été encouragées et exacerbées par le type même d’engagement étranger et militaire. l’expansion de l’architecture qu’il semble préconiser aujourd’hui.

Des échecs de la contre-insurrection aux coups d’État militaires

Les puissances européennes et leurs partenaires du monde entier tentent de résoudre militairement les problèmes de sécurité du Sahel depuis près d’une décennie. La campagne de contre-insurrection contemporaine de la France au Sahel a commencé en janvier 2013 comme une excursion géographiquement et opérationnellement restreinte.

Baptisé Opération Serval, cet effort initial impliquant plus de 4 000 soldats visait à empêcher les groupes armés d’avancer vers le sud au Mali. Depuis l’achèvement de cette tâche en juillet 2014, cependant, la campagne française s’est transformée en une opération beaucoup plus ambitieuse, lourde et insoluble. Rebaptisée Opération Barkhane, sous sa nouvelle forme, l’effort a obtenu le soutien d’un éventail de pays, dont le Royaume-Uni et la Suède, et a étendu sa portée à toute la région du Sahel.

Quelques mois après le début de l’effort initial français, en avril 2013, les Nations Unies ont établi leur propre mission de maintien de la paix au Mali pour stabiliser le pays et ont déployé plus de 13 000 soldats du monde entier au Mali. Un an plus tard, en février 2014, cinq pays du Sahel, le Burkina Faso, le Tchad, le Mali, la Mauritanie et le Niger, se sont réunis pour former un cadre de coopération en matière de sécurité pour combattre les groupes armés dans la région.

Baptisé G5 Sahel, le cadre semble axé sur la poursuite de stratégies militaires pertinentes au niveau régional dans la lutte contre les groupes armés, mais reste fortement dépendant du financement et du soutien extérieurs. Ainsi, depuis sa création, elle a souvent fini par servir des intérêts de sécurité non pas régionaux mais extérieurs, et surtout européens.

L’année dernière, le président français Emmanuel Macron a annoncé que l’opération Barkhane prendrait officiellement fin au premier trimestre 2022. Néanmoins, il a insisté sur le fait que cela ne se traduirait pas par un retrait complet de la France de la région. En effet, la force opérationnelle militaire européenne baptisée “Takuba”, qui a été formée en mars 2020 et opère dans tout le Sahel en coordination avec les partenaires du G5-Sahel, comprend déjà des centaines de soldats français et ce nombre devrait augmenter à l’avenir.

Malgré cette présence militaire étendue et apparemment en constante expansion, les puissances européennes et internationales ont eu très peu de succès dans la région. Loin d’empêcher les problèmes qu’elle est chargée de résoudre, cette architecture militaire a présidé à une prolifération de civils tués, de déplacements et d’insurrections violentes. Alors que l’opération Serval de la France a réussi à empêcher les groupes armés de prendre le contrôle de la capitale du Mali, Bamako, en 2013, les affiliés locaux de groupes comme al-Qaïda et l’EIIL (EIIL) restent présents dans le centre et le nord du Mali à ce jour et ont étendu leurs opérations au nord du Burkina. Faso et l’ouest du Niger. De plus, ce grave manque de sécurité permet aux réseaux de trafiquants d’opérer en toute impunité dans toute la région.

Plus inquiétant encore, les forces de sécurité régionales travaillant en coopération avec des puissances étrangères ont été aussi brutales et négligentes dans leur conduite que les ennemis qu’elles combattaient. Depuis le début des efforts de contre-insurrection, les partenaires stratégiques de l’Europe au Sahel ont été accusés d’avoir ciblé et tué illégalement des centaines de civils au Burkina Faso, au Niger et au Mali. Au cours des deux dernières années, l’échec des efforts internationaux pour contenir les groupes armés et assurer la sécurité des civils, associé à la corruption et à la faiblesse des gouvernements civils de la région, a conduit à une vague de coups d’État militaires au Sahel. Au Mali, profitant de la colère populaire face aux irrégularités des élections législatives de 2018 et à la détérioration de la situation sécuritaire dans le nord du pays, les militaires ont organisé deux coups d’État, d’abord en août 2020 puis en mai 2021.

De même au Burkina Faso, pointant du doigt à l’incapacité de son gouvernement à défendre le pays contre les groupes armés, l’armée a renversé le président Roch Kabora en janvier 2022. Et dans les deux pays, les citoyens ont fermement apporté leur soutien aux juntes nouvellement créées et ont clairement indiqué qu’ils blâmaient non seulement leurs gouvernements civils mais aussi des puissances européennes et des instances internationales menant des opérations de contre-insurrection au Sahel pour les crises sécuritaires et politiques de la région.

En effet, le mécontentement populaire vis-à-vis de l’Europe et surtout de la France grandit depuis longtemps au Sahel. En novembre 2021, par exemple, des manifestants au Burkina Faso et au Niger ont gêné un important convoi de ravitaillement militaire français voyageant de la Côte d’Ivoire au Mali. Dans la région de Kaya, au nord du Burkina Faso, des manifestants portant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire “L’armée française sortez” et “Libérez le Sahel” ont bloqué la route et empêché le convoi de se déplacer pendant plusieurs jours. Dans l’ouest du Niger, deux personnes ont été tuées dans des circonstances peu claires lorsque le même convoi a tenté d’échapper à des manifestants anti-France. L’expansion de l’architecture militaire existante ne peut pas mettre fin à la crise sécuritaire au Sahel Avec les échecs susmentionnés d’une décennie, associés à l’histoire coloniale sordide de la région

Par conséquent, il n’est pas surprenant que les populations locales aient perdu toute confiance dans les campagnes anti-insurrectionnelles menées par l’Europe au Sahel. En fait, les citoyens du Mali et du Burkina Faso ont accueilli avec enthousiasme les rumeurs récentes d’une coopération accrue entre la Russie et les États sahéliens – y compris celles concernant un éventuel accord entre l’État malien et le tristement célèbre groupe de mercenaires russes Wagner Group. Ces jours-ci, les drapeaux russes sont monnaie courante lors des manifestations pro-militaires et anti-françaises au Mali et au Burkina Faso.

À la lumière du sentiment anti-européen et pro-russe croissant au Sahel, associé à des problèmes de sécurité persistants qui ont également un impact direct sur l’Europe, il est peut-être compréhensible que les gouvernements européens regardent la région uniquement à travers le prisme de leurs intérêts géopolitiques , comme l’a fait Jose Manuel Albares lorsqu’il a appelé l’OTAN à approfondir son engagement au Sahel.

Mais cette stratégie a été testée – et a échoué à plusieurs reprises. Les puissances européennes utilisant le Sahel comme laboratoire pour tester leurs prouesses militaires n’ont conduit qu’à la violence, à l’instabilité et au recul démocratique au cours de la dernière décennie. Si l’OTAN décide de poursuivre cette tendance néfaste et entre dans une nouvelle compétition de puissance avec la Russie dans la région, le résultat ne peut être que plus de morts, de dévastation et d’insécurité. Il est grand temps que l’Europe tire les leçons de ses erreurs au Sahel. S’il ne le fait pas, ce n’est pas seulement la région, mais aussi l’Europe elle-même qui en subira les conséquences.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *