Il y a près de 80 ans, le monde s’est engagé à ne pas laisser les horreurs de l’Holocauste se répéter. Et pourtant, ils le répètent aujourd’hui à Gaza.

Views: 42
Votre PUB ici

La semaine dernière, nous avons dépassé le centième jour du dernier épisode d’agression d’Israël contre la population de Gaza. C’était une étape déprimante à considérer. Cent jours d’extermination impitoyable de Palestiniens de toutes sortes de manières brutales : les bombes israéliennes les déchirent, les balles israéliennes leur transpercent le crâne et le siège imposé par Israël les affame ou les tue à cause d’infections autrement traitables.

Cent jours pendant lesquels les pays qui disaient « plus jamais ça » il y a près de 80 ans n’ont rien fait pour arrêter notre extermination. Cent jours pendant lesquels nous avons plaidé, les organisations humanitaires ont plaidé, les Nations Unies ont plaidé et les gens dans les rues du monde entier ont plaidé, mais nous avons tous été ignorés.

Peut-être ne devrions-nous pas être surpris du silence. Après tout, l’occupation brutale et illégale d’Israël a pu se poursuivre pendant des décennies jusqu’à ce qu’elle batte tous les records et devienne la plus longue de l’histoire moderne.

Tout au long de cette période, l’État occupant israélien, ses gouvernements et son armée ont contrôlé pratiquement tous les aspects de la vie palestinienne : politique, économique, social et – vous ne le croirez peut-être pas mais – la vie amoureuse aussi.

Israël nous dit ce que nous pouvons manger, ce que nous pouvons boire, ce que nous pouvons acheter, où nous pouvons aller, où nous pouvons voyager, où nous pouvons vivre, où nous pouvons jardiner, où nous pouvons faire paître notre bétail, où nous pouvons le poisson, où nous pouvons aller à l’école, où nous pouvons obtenir des services de santé (le cas échéant), et oui, avec qui nous pouvons tomber amoureux, nous marier et nous installer.

Israël a même essayé de nous dire qui nous sommes en tant que nation. Il a dit aux Palestiniens qu’ils étaient arabes, musulmans, chrétiens, druzes ou circassiens, mais pas palestiniens. Il a fait tout et n’importe quoi pour briser le tissu social palestinien.

Israël a également semé de manière persistante des divisions entre les forces politiques en Palestine ; Au cours des 15 dernières années, il a veillé à ce que toute médiation visant à un gouvernement d’unité entre les deux plus grands partis palestiniens, le Hamas et le Fatah, échoue. La désunion politique a causé d’immenses dégâts à la communauté palestinienne, conduisant finalement à des conflits et à une faiblesse interne.

Israël a également veillé à ce que nous restions pauvres et vulnérables, non seulement par une dépossession continue – vol de terres, expulsions et démolitions de maisons – mais aussi par une dépendance économique.

Il a délibérément maintenu l’économie palestinienne au bord de l’effondrement, étouffant l’activité économique et les entreprises privées. Cela a entraîné des taux de chômage élevés et contraint de nombreux Palestiniens à travailler pour les occupants – parfois même dans des colonies juives illégales littéralement construites sur leurs terres volées.

Israël a également systématiquement sapé l’agriculture palestinienne – traditionnellement l’un des secteurs économiques les plus puissants de Palestine. L’accès restreint à la terre et aux ressources en eau a conduit à une réduction spectaculaire de la production agricole palestinienne, perturbant fondamentalement les moyens de subsistance traditionnels.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *