Derniers rites pour les Jeux Olympiques

Views: 70
Votre PUB ici

C’est pourquoi, bien sûr, les Jeux olympiques d’hiver de cette année ont été organisés dans un pays connu – si ma mémoire est bonne – pour avoir déclenché l’Armée populaire de libération (APL) pour exécuter des citoyens qu’elle était censée protéger. Comme moi, vous vous souviendrez peut-être que l’APL a tiré ou emprisonné des dizaines de fils et filles non armés de la révolution – dont le seul “crime” était de risquer leur vie pour être entendus et d’étaler de la peinture sur le portrait du président Mao qui surplombait la place Tiananmen.

Je sais. Je sais. Mon erreur; 1989 c’est du passé. C’est peut-être dans un passé pas si lointain. Pourtant, il est assez loin d’aujourd’hui pour que le Comité international olympique (CIO) et les athlètes olympiques ne s’en souviennent que vaguement, voire pas du tout.

Quoi qu’il en soit, le Parti communiste chinois au pouvoir a beaucoup changé depuis qu’il a ordonné aux soldats de tuer des enfants chinois à bicyclette.

Mon erreur – encore une fois.

Le CIO était certainement conscient que Pékin a rassemblé des millions de Ouïghours musulmans et les a parqués dans des «centres de lutte contre l’extrémisme» ou des «centres de rééducation» pour qu’ils disparaissent. Certes, les athlètes qui se sont rendus à Pékin pour participer à leurs vaines activités savaient que la Chine avait été reconnue coupable à la veille des jeux d’avoir commis un génocide en essayant d’effacer les Ouïghours par le biais de politiques de contrôle des naissances forcées et de stérilisation.

Ils savaient mais ils s’en fichaient. La nécessité de concourir pour une babiole brillante et imprégnée de génocide dans un spectacle gonflé de solidarité factice a pris le pas sur le sort des Ouïghours – des enfants, des femmes et des hommes oubliés qui, en vertu de leur foi, sont systématiquement persécutés et exterminés par le Les « hôtes » toujours souriants des Jeux olympiques.

Mais vous et moi savons qu’en ce qui concerne la « communauté internationale », les musulmans sont des auteurs, pas des victimes. Il n’est donc pas surprenant que les athlètes répulsifs du CIO et olympiques amnésiques aient choisi de devenir moralement et éthiquement aveugles pendant plus de deux semaines et se rendent complices de la souffrance massive d’innocents.

Trop sévère? Je ne pense pas.

Sur un signal cliché, les journalistes sportifs et les chroniqueurs ont plongé dans le sac prêt d’hyperboles et de superlatifs pour féliciter de nombreux athlètes olympiques qui se sont rendus à Pékin comme ayant été “courageux”, “courageux” ou faisant preuve de “grâce” tout en pratiquant des sports aussi éphémères et des passe-temps glorifiés.

Si l’un de ces athlètes possédait une once de vrai courage, de vraie bravoure ou de vraie grâce, il aurait dit “non”. Non, ils ne récompenseraient pas, par leur présence à Pékin, les auteurs. Non, ils n’abandonneraient pas, par leur présence à Pékin, leur humanité face à une telle inhumanité. Non, ils ne considéreraient pas, par leur présence à Pékin, un bibelot comme plus précieux que la vie humaine.

En choisissant de dire « oui » et d’aller à Pékin, ces athlètes ont sacrifié – un autre mot que les journalistes sportifs et chroniqueurs emploient souvent pour décrire l’inconséquence – bien plus que le temps et l’énergie qu’il leur a fallu pour y arriver. Ils ont sacrifié toute prétention d’avoir fait la bonne chose lorsqu’ils ont été confrontés à l’impératif de le faire.

Il n’aurait pas dû exiger d’un gouvernement ou d’un politicien en dehors de la Chine qu’il rappelle à ces athlètes olympiques la nécessité d’exercer ce devoir lorsque le moment urgent et les circonstances cruelles l’exigeaient.

Le fait honteux qu’aucun athlète olympique – à ma connaissance – n’ait dit “non” ne devrait les hanter tous longtemps après que l’éclat de se tenir au sommet d’un podium avec une médaille façonnée à Pékin autour du cou s’estompe.

Il s’avère qu’au lieu d’être un antidote à la laideur et à l’acrimonie du monde, ces Jeux olympiques ont confirmé cette laideur et cette acrimonie en fournissant une couverture brillante à un régime impitoyable et autoritaire qui, par toute mesure humaine, s’est avéré être l’antithèse de tous – “l’esprit olympique” trop malléable.

Alors que les idiots du CIO et des athlètes olympiques étaient occupés à faire du snowboard, du bobsleigh, du ski, du patin ou du tir au palet, nous autres étions préoccupés par d’autres questions plus urgentes de mort et de vie.

Une autre guerre calamiteuse en Europe semble se profiler et les conséquences humaines inévitables de cette guerre seront entièrement payées par d’autres innocents. Pendant ce temps, un virus mortel continue d’infliger la discorde, le désespoir et la mort dans certaines parties du globe, alors que d’autres pays émergent lentement et timidement de son emprise.

Dans ce contexte, les Jeux olympiques de Pékin n’étaient pas pertinents et à chaque «Jeux» qui passe, le «mouvement» olympique – alimenté, comme il l’est indéniablement, par l’avarice, la gourmandise et la corruption – glisse plus profondément dans l’insignifiance et le discrédit.

Ces Jeux olympiques ont également confirmé que les rituels familiers exposés – les hymnes, la flamme, les promesses de fair-play – sont un beau mensonge chorégraphié.

La patineuse artistique russe de 15 ans, Kamila Valieva, était la tête d’affiche de ces Olympiques souillés. Malgré un test positif pour une substance interdite, elle a été autorisée à patiner. Lorsque Valieva a faibli, elle a pleuré comme n’importe quel enfant le ferait. Ensuite, elle a été réprimandée par ses entraîneurs insensibles qui étaient plus soucieux de gagner que de protéger une fille d’un mal indélébile.

À la fin miséricordieuse, la cérémonie de clôture des Jeux olympiques d’hiver de Pékin étaient une coda appropriée à une mascarade de 16 jours. Alors que l’Hymne à la joie de Beethoven flottait dans l’arène du Nid d’oiseau et que “ONE WORLD” était suspendu dans les lumières au-dessus, l’hypocrisie épouvantable de la Chine et son double langage presque nauséabond ont été mis en évidence.

Et pourtant, l’arène était, semble-t-il, remplie d’acclamations, de chants et de danses; une célébration surréaliste née d’une ignorance volontaire et d’un mépris choquant de la misère sanctionnée par l’État en leur sein.

Pour ces raisons, j’ai refusé de regarder la cavalcade drapée de drapeaux de mensonges. Apparemment, je n’étais pas le seul dans ce cas. Quelle que soit la cause ou la motivation, une grande partie du monde a éteint la télévision – au grand dam, je suppose, de Pékin et du CIO.

Je ne regarderai pas les prochains Jeux Olympiques à Paris. Elles seront peut-être un peu plus jolies, mais elles seront aussi en faillite que les précédentes.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *