Trahie deux fois par des maires qu’elle a portés à la tête de la commune de Bambey

Views: 16
Votre PUB ici

Surnommée «la Lionne du Baol», Aïda Mbodj a réussi à s’imposer sur le landerneau politique grâce à sa détermination, sa combativité, sa bravoure et son engagement pour la cause féminine. De militante socialiste aux côtés du Président Abdou Diouf avant l’alternance de 2000, elle finit par être une des icônes du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) dans son Baol natal. c’est ainsi que dans le gouvernement Macky Sall 1 (avril 2004-novembre 2006), elle a été nommée ministre de la femme, de la famille et du Développement social. Elle devient, dans le gouvernement Macky 2, ministre de la femme, de la famille, du Développement social et de l’Entrepreneuriat féminin.

Elle a réussi à être une des rares responsables politiques d’envergure au Pds à éviter la bérézina des locales de 2009 en gagnant Bambey haut la main face à l’adversaire de toujours, d’autant plus joyeusement que Pape Diouf était passé de l’autre côté libéral, chez Idy précisément, ennemi déclaré du Président de l’époque (Me Abdoulaye Wade).

Depuis cette année, Aïssatou Mbodj semble vivre une histoire d’amour avec les habitants de sa commune. A Bambey, certaines personnes, surprises par l’ampleur de la sympathie qui lie Aïda Mbodj et la population, indiquent qu’elle a mis une potion magique dans les eaux du grand puits qui alimente la ville et qui a fait naître dans le cœur de chacun une solide amitié que rien ni personne ne pouvait éteindre.

Après avoir remporté les élections locales en 2014, Aïda Mbodj laisse son fauteuil de maire à Gana Mbaye pour présider le Conseil départemental. La responsable libérale, vainqueur des Locales à Bambey, a respecté sa parole selon laquelle elle ne ferait pas un autre mandat à la tête de la mairie. Une décision qu’elle va regretter quelques années plus tard. En 2017, Gana Mbaye, accompagné de plusieurs autres responsables, rejoint l’Alliance pour la République (Apr). Mais la courageuse dame ne s’est pas laissé abattre. Elle a continué à travailler pour garder son fief malgré la trahison de Gana Mbaye.

Et lors des dernières Locales, elle a pris sa revanche. Son poulain Assane Dia, qui s’est présenté aux dernières joutes électorales sous la bannière de Yewwi Askan Wi, a battu Gana Mbaye. Mais Aïda Mbodj se voit encore trahie par un de ses fidèles. Après avoir été reçu par le Président Macky Sall, Assane Dia a pris ses cliques et ses claques pour rejoindre la mouvance présidentielle. Une double trahison qui pousse légitimement à s’interroger sur la capacité de Aïda Mbodj à choisir et manager ses hommes qui, malgré leurs apparences, finissent toujours par tromper la «Lionne du Baol».

El Hadji Fallilou FALL  

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *