Breaking news

Quel dommage les sanctions feront-elles à la Russie ?

Views: 138
Votre PUB ici

Au cours de la semaine dernière, les pays occidentaux ont renforcé les sanctions contre la Russie en réponse à son invasion de l’Ukraine. Ces mesures sont les plus sévères depuis celles imposées à l’Iran en 2010 et à la Corée du Nord en 2013.

La Russie est la plus grande économie et le plus grand pays du monde, en termes de population, contre lequel des sanctions aussi sévères aient jamais été appliquées. Les dirigeants occidentaux savent qu’ils n’arrêteront pas immédiatement

Alors, à quel point les sanctions sont-elles dures ? Elles sont beaucoup plus dures que celles précédemment imposées à la Russie au lendemain de l’annexion de la Crimée et du début de la guerre dans l’est de l’Ukraine en 2014, mais je ne les qualifierais pas de « nucléaires ». C’est-à-dire qu’ils pourraient nuire à l’économie russe mais pas l’anéantir, compte tenu de certaines lacunes majeures délibérément laissées par les architectes de la sanction.

Ce qui suit est mon aperçu de la façon dont le paquet actuel de sanctions nuira et ne nuira pas à l’économie russe et pourquoi.

Sanctions contre la Banque centrale
Sans aucun doute, le coup le plus puissant porté au système financier russe est l’imposition de sanctions à la Banque centrale de Russie (CBR), qui joue un rôle crucial sur le marché intérieur des changes.

La CBR dispose d’énormes réserves de change s’élevant à 640 milliards de dollars et régule traditionnellement le niveau du taux de change du rouble.

Le gel des avoirs et des comptes de la CBR dans les pays du G7 signifie qu’elle se retrouve avec des réserves d’or d’une valeur de 127 milliards de dollars détenues en Russie et des réserves en renminbi d’une valeur de 70 milliards de dollars. Les deux sont inutiles du point de vue du maintien de la stabilité du marché intérieur des changes.

Du 24 février au 2 mars, la CBR a prêté 4 400 milliards de roubles (3,4 % du PIB) aux banques dans le cadre de ses efforts pour maintenir la stabilité du système financier.

Les sanctions contre la CBR ont affecté le marché intérieur des changes immédiatement après leur annonce dimanche. À la fin de cette journée, le taux de vente des dollars dans les bureaux de change des banques avait augmenté d’au moins 45 % par rapport à vendredi. Dans les jours suivants, l’écart entre les taux de vente et d’achat dans les bureaux des banques se situait entre 20 et 50 %.

À partir de dimanche soir, la CBR et le gouvernement ont publié plusieurs nouvelles réglementations imposant le contrôle des devises. Les exportateurs doivent désormais vendre 80 % de leurs recettes en devises contre des roubles. Les étrangers ne peuvent pas vendre d’actions et d’obligations russes et transférer des coupons et des dividendes sur leurs comptes, tandis que les résidents et les non-résidents de 43 pays (qui ont imposé des sanctions à la Russie) ne peuvent pas transférer de fonds sur leurs comptes auprès de banques en dehors de la Russie.

Un effet secondaire des sanctions sur la CBR est le gel des avoirs appartenant au ministère des Finances, des comptes courants et des fonds du National Welfare Fund. Mais il ne semble pas que cela aura un effet sur la situation économique actuelle.

D’une part, au niveau actuel des prix du pétrole, le budget de la Russie est excédentaire et le ministère des Finances n’a pas besoin d’utiliser les réserves. En revanche, lorsque le ministère des Finances vend ses réserves de change, l’acheteur est la CBR ; le ministère des Finances n’a pas besoin d’aller sur le marché pour cela.

Par conséquent, même si les comptes de la CBR sont gelés, le ministère des Finances pourra en recevoir des roubles, s’il veut à un moment donné vendre une partie de ses réserves de change.

Cependant, la dévaluation du rouble affectera certainement l’inflation à la consommation, qui pourrait augmenter de 4 à 5 % supplémentaires pour une augmentation de 40 à 50 % de la valeur du dollar. Fin février, l’inflation des prix à la consommation en Russie dépassait 9 %, l’inflation alimentaire dépassant 12,5 %.

La dévaluation du rouble, les problèmes potentiels d’importation et l’incertitude politique générale peuvent saper le désir d’une entreprise de prendre des risques et entraîner une croissance plus faible de l’agriculture, une offre plus faible et une inflation alimentaire encore plus élevée. En outre, des perturbations dans le système de paiement peuvent entraîner des perturbations dans l’approvisionnement en biens importés vers la Russie, accélérant encore l’inflation en réduisant l’offre.

SWIFT et paiements étrangers
L’UE et les États-Unis ont inscrit sur leur liste de sanctions un certain nombre de banques et de grandes entreprises russes. Il en résultera que la plus grande banque russe, Sberbank, qui détient 33 % des actifs du système bancaire, ne pourra pas effectuer ses paiements et ceux de ses clients libellés en dollars. Ses comptes de correspondant auprès des banques américaines seront bloqués et la banque devra se retirer du marché européen. Quatre autres banques, VTB, Otkritie, Novikombank et Sovcombank subiront le même sort.

En outre, les États-Unis ont empêché 13 grandes entreprises et banques russes d’accéder à leurs marchés de capitaux et ont interdit aux investisseurs américains d’acheter de nouvelles émissions d’obligations d’État russes lors de leurs introductions en bourse et sur le marché secondaire. Les pays du G7 ont également décidé de déconnecter plusieurs banques russes du système SWIFT. La déconnexion des banques du système SWIFT ne limite pas leur capacité à effectuer des paiements en devises. Cela ne fait que ralentir les paiements et les rendre plus chers.

Qu’est-ce que cela signifie pour l’économie russe ? Le système financier russe est fortement intégré au système mondial. La Russie est l’un des plus grands fournisseurs de matières premières sur le marché mondial. Dans le même temps, l’économie russe est un important importateur de biens de consommation, de technologie et d’équipements d’investissement. C’est pourquoi les paiements internationaux sont essentiels.

Déconnecter les plus grandes banques des paiements des clients perturbera la circulation des marchandises, accumulera un déficit du marché de la consommation et accélérera l’inflation. Certaines entreprises dont l’activité consiste à importer des marchandises en Russie ou à vendre des marchandises importées en Russie peuvent faire faillite. Le citoyen russe moyen en paiera le prix, car les revenus réels des ménages diminuent. Comme d’habitude, l’inflation frappera plus durement les pauvres.

Cependant, il est important de souligner que les pays occidentaux n’ont pas limité les paiements liés aux ressources énergétiques russes, qui constituent 50 % des exportations russes. De cette manière, l’Europe garantit que les prix de l’énergie ne monteront pas en flèche et n’endommageront pas sa propre économie.

Pour la Russie, cela signifie qu’elle pourra compenser l’impact négatif des sanctions financières par un solde courant solide grâce aux recettes d’exportation de matières premières, qui ne sont pas menacées. De plus, l’ampleur de l’application des sanctions par l’UE est nettement inférieure à celle des États-Unis, ce qui laisse la possibilité de paiements quasi illimités en euros. Cela signifie, par exemple, que si les comptes en dollars d’une banque russe sanctionnée seront bloqués, ses comptes en euros seront opérationnels.

Dette extérieure
Un autre aspect important des sanctions occidentales est l’interdiction d’accès des banques et des entreprises russes aux marchés de capitaux occidentaux. En conséquence, il y aura une sortie substantielle d’investisseurs étrangers de Russie ; les prévisions de divers experts vont de 30 à 50 milliards de dollars d’investissements perdus en un an.

L’interdiction affectera également la capacité des banques à rembourser la dette extérieure. Si l’on en croit les statistiques officielles, la dette extérieure de la Russie n’est pas trop importante. Au 1er octobre, il était de 478 milliards de dollars, soit 27 % du PIB. Cependant, du point de vue de son impact sur l’économie, ce n’est pas tant le montant de la dette qui compte, mais son échéancier de remboursement et la part de la dette à court terme.

Au cours des 12 prochains mois, les banques et entreprises russes devront rembourser plus de 100 milliards de dollars. Il s’agit d’un calendrier chargé et de nombreux emprunteurs russes comptaient sur le refinancement d’anciennes dettes. Maintenant, cette opportunité sera fermée pour beaucoup d’entre eux.

Cela signifie que l’économie russe devra canaliser d’importantes ressources financières pour rembourser la dette extérieure. La seule façon d’y parvenir est d’utiliser l’épargne intérieure, ce qui sape une croissance économique déjà faible. Il est trop tôt pour évaluer l’ampleur du ralentissement de l’économie russe, mais il est clair que la récente projection du FMI d’une croissance de 2,8 % est irréaliste.

La Russie peut-elle compter sur la Chine pour fournir des ressources financières afin de soutenir son économie ? Les dirigeants russes avaient de tels espoirs en 2014-2016 lorsqu’ils ont été frappés par les sanctions occidentales suite à l’annexion de la Crimée. Mais malgré de nombreuses demandes de prêts de la part de la Russie, Pékin n’a accordé qu’une aide minimale et l’a liée aux entreprises chinoises autorisées à accéder à la production et aux exportations russes. Il n’y a aucune raison pour que la position de la Chine change aujourd’hui.

Technologie et industrie aéronautique
Les sanctions restreignent également les exportations occidentales de technologies, d’équipements et de composants vers la Russie, ce qui pourrait affecter les importations russes de machines, d’équipements et de biens technologiques.

Ces sanctions auront un impact sérieux sur le niveau technologique de l’économie russe. La Russie est traditionnellement un importateur de technologies de pointe, utilisées dans toutes sortes de produits technologiquement complexes, des aspirateurs aux navires brise-glace à propulsion nucléaire. De nombreux produits militaires seront impossibles à produire en Russie si les sanctions restent en place.

La sévérité de ces sanctions est amplifiée par le boycott de la Russie par des entreprises mondiales qui ne veulent pas prendre de risques politiques. BP et Shell se retirent des projets pétroliers et gaziers en Russie. Des constructeurs automobiles, tels que Ford, Volvo, Jaguar, Hyundai, BMW et Toyota, ont annoncé qu’ils arrêteraient la production ou cesseraient de fournir des voitures à la Russie.

Les compagnies maritimes ont cessé d’expédier des conteneurs vers et depuis la Russie. Les banques ont cessé de prêter aux commerçants pour acheter du pétrole russe et les compagnies d’assurance augmentent fortement leurs tarifs pour le transporter par voie maritime.

Pour un secteur de l’économie russe, l’aviation, les sanctions à l’exportation auront un impact catastrophique. Les sanctions de l’UE ont affecté la fourniture d’avions et de composants et la fourniture de services de maintenance d’avions.

Les avions de fabrication européenne (Airbus) représentent environ 40 % des flottes des compagnies aériennes russes et transportent 41 % de leurs passagers. Les deux plus grandes compagnies, Aeroflot et S7 exploitent respectivement 117 et 66 avions Airbus, ce qui signifie qu’elles seront fortement touchées par les sanctions.

La Russie produit son Superjet à fuselage étroit, qui ne pourra pas remplacer Airbus car il est produit en petit nombre et sa capacité ne dépasse pas 98 passagers, et son autonomie maximale est de 4 500 km. Cela signifie qu’il ne peut pas être utilisé pour des vols plus longs avec un plus grand nombre de passagers.

Une restriction critique qui aura un impact substantiel sur la situation actuelle, mais qui sera probablement de courte durée, est la fermeture par les pays de l’UE de leur espace aérien aux avions russes, y compris l’aviation d’affaires. Les vols vers l’Europe sont essentiels pour les compagnies aériennes russes car ils sont plus rentables ; ils utilisent activement les vols de transit des pays asiatiques vers les pays européens. Cette restriction affectera les Russes les plus aisés qui se rendent en Europe pour affaires ou loisirs. Les autorités russes ont imposé des interdictions similaires aux compagnies aériennes européennes, ce qui signifie un véritable rideau de fer 2.0 pour les citoyens russes.

Il existe également des sanctions plus symboliques, notamment celles visant des personnes spécifiques avec des interdictions de visa et des gels d’avoirs, la rupture de liens commerciaux, l’annulation de compétitions sportives et d’événements culturels, la restriction de la portée des médias d’État russes, etc. Elles peuvent ne pas affecter l’économie du pays, mais augmentera le sentiment d’isolement international que le pays subira du fait de la guerre.

L’économie russe s’effondre, et personne ne sait aujourd’hui quand cette spirale descendante prendra fin. On peut dire sans se tromper que l’économie va fortement ralentir et que le niveau de vie va chuter, mais il est prématuré de donner des estimations quantitatives aujourd’hui.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *