Les femmes veulent mettre fin définitivement à la discrimination sexuelle dans le domaine scientifique.

Views: 137
Votre PUB ici

Chaque jour, des scientifiques du monde entier s’efforcent de trouver des réponses toujours plus précises et inclusives aux questions les plus fondamentales de l’humanité sur le monde naturel et social. Utilisant des outils terrestres en tandem avec leur intellect et leur imagination, ils répondent non seulement à des questions cruciales telles que « Quelle est la base de la vie » et « Quelle est la base de la matière ? », mais essaient également de fournir des solutions pratiques à nos problèmes quotidiens.

Dans ce contexte, il est facile de supposer que dans le monde de la science, où la poursuite de la connaissance devrait primer sur tout le reste, les constructions sociales oppressives et les préjugés qui entravent presque tous les autres aspects de nos vies ne sont pas aussi influents – c’est facile supposer que les scientifiques peuvent s’unir sur un terrain d’entente alors qu’ils explorent des questions existentielles. La triste réalité, cependant, est que les femmes scientifiques ont été obligées de se battre d’abord pour un siège à la table, puis pour la reconnaissance, depuis le tout début.

L’un des exemples les plus évidents et les plus déprimants de discrimination sexuelle dans la science est peut-être l’effacement de la contribution cruciale de la chimiste anglaise Rosalind Franklin à la découverte de la structure en double hélice de l’ADN.

“Notre dame noire nous quitte la semaine prochaine.” Le 7 mars 1953, Maurice Wilkins du King’s College de Londres écrivit à Francis Crick des laboratoires Cavendish de Cambridge pour annoncer le départ prévu de sa collègue “obstruction” Franklin de King’s.

Wilkins semblait avoir l’impression qu’une fois la “dame noire” partie, lui, Crick et leur collègue James Watson seraient libres d’aller de l’avant et de déchiffrer rapidement le code de l’ADN. Et ils l’ont apparemment fait. Un mois plus tard, Crick et Watson ont publié un article révolutionnaire dans le magazine Nature sur la structure de la molécule d’ADN. Ils ont été immédiatement célébrés pour leurs découvertes, mais ils semblaient “oublier” de mentionner que le travail de Franklin, leur “dame noire”, était absolument crucial pour leur découverte. La femme alors âgée de 32 ans avait réalisé une série d’expériences qui ont fourni le modèle visuel pour prouver que la désormais célèbre double hélice est le modèle de notre biologie.

Rosalind Franklin est née dans une famille juive libérale à Londres. Elle a été poussée à étudier les sciences en raison de sa curiosité naturelle. Finalement, grâce à son travail acharné et à son ambition, elle a pu transformer sa fascination pour le monde physique en une carrière scientifique réussie malgré les nombreux obstacles auxquels elle a dû faire face, simplement parce qu’elle était une femme juive dans un monde d’hommes.

Ce sont les enquêteurs principaux du laboratoire du roi – tous des hommes – qui ont passé les appels, obtenu le financement et ont tout à gagner de toutes les découvertes qui y seraient faites. Mais c’est Franklin qui a fait le travail et jeté les bases de la découverte de la double hélice. Malheureusement, elle n’a jamais été créditée ni tirée de sa découverte révolutionnaire de son vivant. Elle est décédée d’un cancer en 1958, à l’âge de 37 ans.

En 1962, l’ancien patron de Franklin, Maurice Wilkins, Francis Crick et James Watson ont reçu le prix Nobel de médecine/physiologie pour avoir découvert la structure moléculaire de l’ADN – une découverte qu’ils n’ont pu faire que grâce au travail acharné de Franklin. Franklin n’a pas été nominée pour le prix Nobel aux côtés de ses collègues masculins pour des raisons apparemment techniques : les règles de l’époque limitaient le nombre de personnes pouvant partager le prix et les nominés devaient être en vie au moment de leur nomination. Néanmoins, aucun des trois scientifiques qui ont obtenu cette plus haute reconnaissance scientifique n’a ressenti le besoin de faire savoir au monde à quel point la femme qu’ils se moquaient autrefois de “dame noire” était cruciale pour cette découverte. En effet, la contribution de Franklin à la découverte de la structure moléculaire de l’ADN n’a été rendue publique que des années plus tard.

Certains peuvent prétendre que l’effacement du travail et des réalisations de Franklin au cours de sa vie n’était pas le résultat d’une discrimination systémique, mais une anomalie – quelque chose né de la malchance, un reflet de la mesquinerie de ses collègues ou de sa propre incapacité à faire connaître son succès.

Nombreux sont ceux qui évoquent peut-être la seule réussite féminine bien connue dans le domaine scientifique du XXe siècle pour affirmer que les femmes ont en fait eu la possibilité de faire partie du monde scientifique et d’être reconnues pour leurs découvertes depuis le siècle dernier.

Bien sûr, Marie Curie a remporté son premier prix Nobel de physique, dix-sept ans avant la naissance de Franklin, en 1903. Non seulement cela, elle a remporté un deuxième prix Nobel, cette fois en chimie, huit ans plus tard en 1911. Et il est vrai que Curie a été largement reconnue pour son travail au cours de sa vie. Mais le travail et les réalisations extraordinaires de Curie ne peuvent et ne doivent pas être utilisés pour masquer le fait que les femmes ont longtemps été mises à l’écart, ignorées et effacées de la science. C’est Curie qui était l’anomalie (et qui était mariée à un scientifique masculin établi qui l’a probablement aidée à se faire reconnaître dans le monde scientifique indéniablement dominé par les hommes au début du XXe siècle).

Pour chaque Curie, et il n’y en a pas tant que ça, l’histoire des sciences est pleine de dizaines de Franklin. Et peut-être des milliers d’autres femmes qui avaient tant à apporter à la science mais qui n’ont même pas été autorisées à entrer dans le laboratoire.

Le monde de la science est encore dominé par les hommes 22 ans après le début du 21e siècle. Ce n’est pas parce que, comme certains le prétendent, les femmes et les personnes non binaires sont mauvaises ou ne s’intéressent pas à la science, mais parce qu’elles luttent contre l’idéologie et les politiques sexistes profondément ancrées dans les institutions universitaires.

Ce n’est qu’en 2005 que l’économiste Lawrence Summers, alors président de l’Université de Harvard, a affirmé publiquement que la sous-représentation des femmes dans les sciences n’était pas due à la discrimination, mais plutôt aux « différences biologiques » entre les hommes et les femmes. Sa déclaration a provoqué un tollé et a été largement condamnée par les féministes à Harvard et au-delà. Néanmoins, près de deux décennies plus tard, ses opinions basées sur les notions essentialistes du XIXe siècle sur le genre et la biologie sont toujours partagées – ouvertement et secrètement – par des personnes occupant des postes de pouvoir dans le milieu universitaire.

Même si les femmes ont fait d’énormes progrès pour accroître leur représentation dans la science ces dernières années, elles sont encore nettement sous-représentées. Selon une étude de l’UNESCO, aujourd’hui, dans le monde, seuls 33,3 % de tous les chercheurs sont des femmes, avec des taux variant selon les pays. De plus, les chercheuses ont tendance à avoir des carrières plus courtes et moins bien rémunérées. Leur travail est sous-représenté dans les revues de haut niveau et ils sont souvent ignorés pour une promotion.

Pour parvenir à une véritable égalité des sexes, il est crucial de reconnaître et de remédier à la sous-représentation des femmes dans la science, ainsi qu’aux obstacles supplémentaires auxquels les femmes scientifiques sont confrontées en raison de leur sexe. De plus, s’attaquer aux disparités entre les sexes dans le domaine scientifique nous aiderait à mieux lutter contre la discrimination fondée sur le sexe dans de nombreux autres domaines, en particulier la santé.

En effet, aujourd’hui, de nombreuses maladies qui affectent de manière disproportionnée les femmes sont sous-étudiées.

Par exemple, prenez les fibromes, une maladie douloureuse et mortelle qui touche environ 26 millions de personnes ayant un utérus aux États-Unis. Les femmes noires sont deux à trois fois plus susceptibles d’avoir la maladie. Bien que la maladie soit si répandue, on en sait très peu à son sujet. Les femmes souffrent en silence pendant des années avant de recevoir un diagnostic. S’il y avait plus de chercheuses, en particulier des chercheuses noires, et qu’elles avaient le même niveau d’accès aux subventions que leurs collègues masculins blancs, nous en saurions peut-être plus sur les fibromes, ou même un remède facile et abordable à ce jour. .

Il faut reconnaître que des personnes et des organisations du monde entier s’efforcent de mettre fin à l’inégalité entre les sexes dans le domaine scientifique. Plusieurs institutions régionales d’Afrique subsaharienne, par exemple, ont pris des mesures pour promouvoir la participation des femmes à la science. Depuis la fin des années 1990, la Communauté de développement de l’Afrique australe alloue des ressources pour garantir aux filles et aux garçons un accès égal à l’enseignement des sciences et des mathématiques. La Communauté de l’Afrique de l’Est et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest ont également pris des mesures pour encourager la participation des femmes à la science. En 2010, l’Union africaine a créé le prix régional Kwame Nkrumah pour les femmes scientifiques – du nom du premier président du Ghana – et offre depuis des récompenses en espèces à ses récipiendaires.

Des programmes, des fonds et des récompenses similaires ont été créés dans d’autres régions, de l’Amérique à l’Asie et à l’Europe, pour accroître la participation des femmes et des filles à la science et éliminer les obstacles sur la voie des femmes scientifiques.

Mais ces initiatives ne peuvent contribuer à réduire l’écart entre les sexes dans les sciences que si elles peuvent aller au-delà des simples paroles en faveur d’appels à l’égalité et à la justice dans les salles de classe, les laboratoires, les universités et les autres institutions scientifiques du monde.

Les femmes ne peuvent prendre la place qui leur revient dans le monde de la science que si les sociétés commencent à percevoir et à traiter la disparité entre les sexes dans ce domaine dans le cadre d’une lutte syndicale plus large. Nous ne pouvons mettre fin complètement à l’inégalité entre les sexes dans la science qu’en construisant des lieux de travail égalitaires et justes pour les scientifiques, exempts de harcèlement de toutes sortes ainsi que de salaires d’exploitation. Comme dans tous les autres domaines de travail, la syndicalisation peut contribuer à rendre le monde scientifique plus juste.

Comme Zachary Eldredge et Colleen Baublitz l’ont noté dans Science for the People, les syndicats peuvent non seulement aider à vaincre le sexisme dans les environnements de travail liés à la science, mais peuvent également « offrir un rééquilibrage fondamental du pouvoir, un soutien aux cibles du harcèlement et une plus grande transparence et responsabilité ». .”

Pour mettre fin à l’inégalité entre les sexes dans la science, au-delà des réformes structurelles dans les universités et autres centres de recherche et de l’introduction de politiques qui ciblent la discrimination sexuelle dans l’éducation, nous devons également repenser notre perception de la science et des scientifiques.

Aujourd’hui, on croit toujours qu’il y a un seul génie – ou une très petite équipe de génies – derrière chaque découverte ou invention scientifique révolutionnaire. Et, comme la plupart des sociétés sont encore plus enclines à attribuer aux hommes le mérite d’une réalisation majeure et à mettre les hommes déjà établis sur un piédestal, cela se traduit par des scientifiques masculins « vedettes » qui deviennent célèbres et chéris, tandis que les équipes qui rendent possibles des percées scientifiques majeures, les équipes qui comptent beaucoup de femmes finissent par être écartées.

En d’autres termes, ce qui est arrivé à Rosalind Franklin il y a un demi-siècle, arrive encore aujourd’hui, à d’innombrables femmes. En 1968, dans l’épilogue de son livre, The Double Helix, James Watson écrivait : « Puisque mes premières impressions sur [Franklin], à la fois scientifiques et personnelles (telles qu’enregistrées dans les premières pages de ce livre), étaient souvent fausses, je veux dire quelque chose sur ses réalisations. Il décrit ensuite son travail et ses capacités extraordinaires, ainsi que les énormes obstacles auxquels elle a été confrontée en tant que femme dans le monde de la science. En lisant cette réflexion, cet aveu post-mortem de l’ampleur des capacités et des réalisations de Franklin, je n’ai pu m’empêcher d’être en colère. En colère qu’elle n’ait jamais entendu ces louanges de Watson de son vivant, en colère qu’elle n’ait même jamais été envisagée pour un prix Nobel, en colère que nous ne sachions jamais ce qu’elle aurait pu accomplir si elle n’avait pas été mise à l’écart, ridiculisée et lésée simplement parce qu’elle était une femme dans un domaine dominé par les hommes.

Mais plus encore, ce qui m’a exaspéré, c’est de réaliser qu’il y a probablement des millions de Rosalind Franklin aujourd’hui, qui essaient de faire de la science et d’amener le monde à reconnaître leurs réalisations – des millions de femmes étant considérées comme la “dame noire” par des gens comme Watson, Wilkins et Crick.

En cette Journée internationale de la femme, souvenons-nous de femmes scientifiques exceptionnelles comme Rosalind Franklin. Et commençons à travailler à la construction d’un monde où les femmes scientifiques ne sont pas une exception, mais la norme.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *