Le pari de la mobilisation de Yewi Askaanwi – Wallou totalement réussi

Views: 37
Votre PUB ici

Peu avant 16 heures, la Place de la Nation, ex-Obélisque, avait refusé du monde pour la manifestation de l’inter coalition Yewwi Askan Wi et Wallu Sénégal.

Des milliers de jeunes ont répondu présents à la manifestation de l’inter coalition Yewwi Askan Wi et Wallu Sénégal, organisée hier, mercredi 8 juin 2022, à la Place de la Nation, ex-Obélisque. La symbolique place était noire d’un monde acquis à la cause de l’opposition qui exige la validation de la liste nationale Yewwi Askan Wi (YAW) aux législatives du 31 juillet prochain. A tour de rôle, les leaders ont ouvert le feu sur le Macky.

Peu avant 16 heures, la Place de la Nation, ex-Obélisque, avait refusé du monde pour la manifestation de l’inter coalition Yewwi Askan Wi et Wallu Sénégal. Sur place, se frayer un passage était une chose très difficile. Militants et sympathisants des différents partis que compose cette inter-coalition ont répondu massivement présents à cette mobilisation. Certains jeunes, drapés dans les couleurs nationales (verte, jaune rouge), frappées d’une étoile verte, et d’autres d’une écharpe aux couleurs du parti Pastef d’Ousmane Sonko, entre autres, ivres d’ambiance festive, de musique et de chants, chantent et dansent sans relâche. Alors que les tensions politiques du moment faisaient craindre un réveil des passions et des violences comme celles du mois de mars 2021.

Tour à tour, les leaders des partis, des mouvements et autres responsables politiques ayant pris part au grand rassemblement, notamment Ousmane Sonko, Barthélémy Dias, Aïda Mbodi, Woré Sarr, Ahmed Aïdara, Assane Diouf, ont pris la parole pour fustiger la volonté manifeste du président Macky Sall d’écarter la liste nationale de Yewwi Askan Wi (YAW), dirigée par le principal opposant au pouvoir en place, en l’occurrence Ousmane Sonko, a priori écarté des législatives par une récente décision du Conseil constitutionnel. Décidés à mener la vie dure au président Sall et son camp, les différents responsables de l’inter-coalition Yewwi Askan Wi et Wallu Sénégal ont dit tout haut qu’ils prendront part, «de gré ou de force», aux législatives du 31 juillet prochain. Faute de quoi, elles (élections) ne se tiendront pas.

Convaincus que la coalition de Yewwi Askan Wi, à elle seule, pouvait faire l’affaire, les différents intervenants se disent plus que jamais rassurés que l’inter coalition Yewwi Askan Wi et Wallu Senegal va sans doute rafler la mise, exiger la cohabitation et mettre en place un gouvernement au lendemain du scrutin de ces législatives à venir. Les militants et sympathisants surexcités qui réclamaient à leur leader le «ndigël» (autorisation) pour engager le combat de la rue, d’ores et déjà, ont estimé que Macky Sall n’a pas droit à un troisième mandat. «Il doit tout simplement plier bagages». Car, disent-ils : «Lui et ses acolytes ont fini de piller le pays. Ils ont tout volé». Et Ousmane Sonko de rajouter : «Si vous visitez leurs maisons, vous y trouverez beaucoup de millions volés».

Pour preuve, dit-il, «Comment comprendre qu’un simple griot de Macky Sall puisse détenir une somme d’argent aussi conséquente dans sa maison, sans que la CENTIF ou l’OFNAC puisse piper mot ? C’est tout simplement scandaleux pour un pays qui se respecte, un pays où les citoyens peinent à se soigner, à avoir une bonne éducation de leurs enfants. Un pays où on peine à avoir les trois repas ; un pays où trouver du travail est un problème, même avec les compétences requises», entre autres griefs, soulevés par les opposants.

RÉACTIONS…

OUSMANE SONKO, PRESIDENT DU PARTI PASTEF/LES PATRIOTES : «Le Sénégal est en danger et Macky Sall est l’unique responsable»
«Macky Sall disait vouloir réduire l’opposition à sa plus simple expression. Voici la plus simple expression de l’opposition au Sénégal. Qu’il sache que le peuple avait entièrement confiance en lui en 2012 et c’est ce même peuple qui dit qu’il ne sera plus Président en février 2024. Et à partir d’aujourd’hui, nous avons lancé notre campagne avec des projets et des ambitions. Aujourd’hui, le Sénégal est en danger et Macky Sall est l’unique responsable. Tant qu’il sera Président, la paix et la stabilité ne règneront pas. Les libertés politiques ont été bafouées, des personnes emprisonnées. Je peux citer Karim Wade, Khalifa Sall. Nous appelons la justice sénégalaise à la raison car le peuple a dit non. Il est hors de questions que les «7 sages» secouent le pays. Je veux également attirer l’attention des Forces de Défenses et de Sécurité. Vous devez refuser d’exercer certains ordres illégaux car, le Général Moussa Fall n’est là que pour ses propres intérêts. Vous êtes des intellectuels. N’acceptez pas d’être transformés en des objets de répression».

BARTHELEMY DIAZ, MAIRE DE DAKAR : «Il est hors de question que les élections se tiennent sans la participation de Yewwi Askan Wi»
«Nous exigeons le départ d’Antoine Felix Abdoulaye Diome. Il est à lui seul le symbole de l’instabilité au Sénégal. Il n’organisera pas les élections législatives du 31 Juillet 2022. Il est hors de question que ces élections se tiennent sans la participation de Yewwi Askan Wi mais aussi sans la présence d’Ousmane Sonko, Aïda Mbodj, Habib Sy ainsi que les autres coalitions».

AÏDA MBODJ, PRESIDENTE DU PARTI ALLIANCE NATIONALE DE LA DEMOCRATIE :  «Aujourd’hui, c’est au peuple de décider»
«Macky Sall veut la majorité à l’Assemblée Nationale, pour être président à vie. Il est un voleur. Il a volé des suffrages, des listes, des maires et même des receleurs. Je veux parler du Conseil Constitutionnel. Aujourd’hui, c’est au peuple de décider et nous avons besoin de la majorité à l’Assemblée pour bien la représenter».

KHALIFA ABABACAR SALL, TAKHAWU DAKAR : «Nous ferons partie de la liste nationale et qu’Ousmane Sonko sera notre tête de liste»
«Avec la coalition Wallu Sénégal dirigée par le Président Abdoulaye Wade, nous avons l’intention de participer aux élections législatives du 31 juillet 2022. Et je tiens à préciser que nous allons gagner haut la main, croyez-le et que Macky Sall se le tienne pour dit. Je veux que vous sachiez que nous ferons partie de la liste nationale et qu’Ousmane Sonko sera notre tête de liste».

DETHIE FALL, MANDATAIRE NATIONALE DE YEEWI ASKAN WI : «Que Macky Sall le veuille ou non Yewwi Askan Wi participera aux élections »
«Notre combat, c’est contre le Président Macky Sall, Antoine Diome et le Conseil Constitutionnel. Voilà la raison de notre présence à la Place de l’Obélisque. Nous devons rester concentrés sur le grand combat pour le départ de Macky Sall. Aujourd’hui, qu’il le veuille ou non Yewwi Askan Wi participera aux élections».

DAME MBODJ, SG CUSEMS AUTHENTIQUE : «Si Macky Sall veut finir son mandat en toute sérénité, il n’a qu’à laisser la coalition YAW participer aux élections législatives»
«Il reste 16 mois au Président Macky Sall et toutes ses stratégies ne feront pas de lui un candidat aux élections présidentielles de 2024. Si Macky Sall veut finir son mandat en toute sérénité, il n’a qu’à laisser la coalition YAW participer aux élections législatives car, ce pays n’est pas une monarchie. Aujourd’hui, nous demandons la libération de Cheikh Omar Diagne. Cela fait exactement 64 nuits qu’il est en prison et à cause du Président».

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *