Le gouverneur de Dakar coupable du bradage du foncier de L’ESEA ?

Views: 37
Votre PUB ici

Le scandale du bail attribué à la société Sertem serait repoussé sous les épaules galonnées d’Al Hassan Sall. Mais ce dernier a-t-il assez des prérogatives pour brader ce foncier sans l’aval de ses supérieurs ?

Arrachés de l’assiette foncière de l’Ecole Supérieure d’Economie Appliquée (ESEA) sise à Mermoz, 8600 m2 du foncier ont été attribués au promoteur immobilier Léopold Ngom de la Sertem par l’Etat du Sénégal avec la signature du gouverneur de Dakar, Al Hassan Sall. Cette cynorexie ou boulimie foncière qui suscite déjà un tollé risque de créer d’énormes difficultés pour la prochaine rentrée scolaire, en atteste la réaction du syndicat autonome de l’Enseignement Supérieur. Le Président Macky Sall, himself, a immédiatement réagi, demandant l’annulation de cette attribution. Le gouverneur de Dakar, Al Hassane Sall serait-il jeté en pâture ?

Plus de 8600m2 ont été attribués à Léopold Diop de la société « Sertem Properties», dans l’assiette foncière de l’Ecole Supérieur d’Economie. Ce bail à usage de location inscrit pour une durée de trente (30) ans, susceptible de prorogation d’une durée maximale de vingt (20) ans a été signé par le Gouverneur de Dakar, Al Hassan Sall. Aussitôt après l’explosion de ce nouveau scandale sur la toile, le Ministre des Finances et du Budget et le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation annoncent avoir, chacun, reçu une instruction du Président Macky Sall, d’annuler l’attribution de cette assiette foncière. Après ce communiqué des deux entités qui tentent d’étouffer cette affaire, le gouverneur de Dakar, Al Hassane Sall sera-t-il jeté en pâture?

Perçue comme une ignominie perpétrée contren’ l’Enseignement supérieure sénégalais par la coordination SAES-UCAD, ses membres n’ont pas tardé à réagir en annonçant une conférence de presse pour exprimer leur opposition à cette décision au regard de la gravité de l’acte perpétré par le Ministère des Finances et du Budget. La Coordination «SAES Campus de Dakar» a même menacé de boycotter la prochaine rentrée et de paralyser le système universitaire si l’annulation de cette cynorexie foncière n’est pas effective. «La Coordination SAES Campus de Dakar demande aux autorités d’assumer toutes les conséquences qui découlent de la non annulation de cette ignominie perpétrée contre l’Enseignement Supérieur Sénégalais. A ce titre, la Coordination SAES Campus de Dakar envisage les actions suivantes : la tenue d’un point de presse ce mercredi 07 Septembre 2022 à 15h sis l’ESEA. Le boycott de la rentrée universitaire prévue le 03 Octobre 2022, la paralysie du système universitaire.

En définitive, au regard de la gravité de l’acte perpétré par le Ministère des Finances et du Budget, la Coordination SAES Campus reste attentive à la réaction des autorités notamment celle du MESRI. La Coordination SAES Campus de Dakar réaffirme son engagement sans faille pour la défense des intérêts matériels et moraux des militantes et des militants, et reste solidaire à la section SAES/ESA pour la conservation intégrale de son assiette foncière.» avait-elle annoncé dans un communiqué. Suite aux polémiques et à cette menace considérable de la coordination du SAES Campus, l’Etat du Sénégal a vite passé au chiffon cette décision pour estomper ce scandale qui pouvait générer des frustrations après le tollé de l’hôpital Le Dantec.

Les ministres Abdoulaye Daouda Diallo et Cheikh Oumar Hann s’en lavent les mains

Dans un communiqué, le Ministre des Finances et du Budget et le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation renseignent qu’ils ont reçu chacun, de très hautes instructions du Président de la République Macky Sall, de prendre toutes les dispositions utiles pour préserver l’intégrité de l’espace de l’ESA et de lui rendre compte dans les plus brefs délais. « Ces dernières semaines, les patrimoines fonciers et infrastructurels de certaines universités ont fait l’objet de convoitises inacceptables. Le Gouvernement du Sénégal et particulièrement le Ministère de l ‘Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) tiennent à rappeler à toute la communauté universitaire leur attachement indéfectible à la protection et surtout à la préservation des espaces universitaires. Qu’il s’agisse des patrimoines fonciers propres aux universités, ou des terrains et de structures appartenant à l’État ou à ses démembrements et mis à disposition, l’État veillera scrupuleusement à ce que leurs destinations universitaires y soient maintenues.

En tout état de cause, le patrimoine foncier de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), sis d l’Ecole Supérieure d’Economie Appliquée (ESEA) ou ailleurs, les bâtiments pédagogiques et sociaux de l’Université lba Der Thiam de Thiès (UIDT) demeurent inaliénables. Le Ministre des Finances et du Budget et le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ont reçu chacun en ce qui le concerne les très hautes instructions de son Excellence le Président de la République Macky Sall de prendre toutes les dispositions utiles pour préserver l’intégrité de l’espace de l’ESEA et de lui rendre compte dans les plus brefs délais. Il en est de même pour le patrimoine foncier de l’Université Iba Der Thiam de Thiès (UIDT).

En somme, le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation réitère que ces espaces restent à la disposition des universités » affirme le communiqué signé Cheikh Oumar Hann. A l’analyse, cette instruction du Chef de l’Etat visant à l’annulation de ce nouveau scandale foncier vient juste d’étouffer une autre affaire qui commençait à créer de fortes polémiques autour du pillage foncier sénégalais. Si l’on s’en tient au bail qui a été attribué à Léopold Ngom de la société SERTEM, avec la signature du gouverneur de Dakar, ce scandale serait repoussé sous les épaules galonnées de Al Hassan Sall, gouverneur de Dakar. Mais à l’analyse, a-t-il assez des prérogatives pour braquer ce foncier sans l’aval de ses supérieurs ? Selon certains observateurs, en réalité, considéré comme un élément du sacrifice, le gouverneur serait jeté en pâture pour étouffer ce scandale foncier prématuré qui allait salir encore un président, en quête de repères après cette débâcle issue des législatives.

Zaynab SANGARÈ 

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *