L’ancien chef militaire guinéen est jugé pour le massacre d’un stade en 2009

Views: 76
Votre PUB ici

Moussa Dadis Camara et 10 autres personnes sont accusés d’être responsables du meurtre de 150 personnes et de viols collectifs par les forces de sécurité guinéennes.

Les 11 hommes ont été inculpés pour leur responsabilité dans le meurtre de plus de 150 personnes et le viol de plus de 100 femmes dans la capitale Conakry, selon un rapport d’une commission internationale mandatée par les Nations Unies.
Le 28 septembre 2009, des dizaines de milliers de manifestants pro-démocratie ont organisé une manifestation dans le stade pour faire pression sur Camara pour qu’il ne se présente pas aux élections à la présidence de la Guinée l’année suivante. Camara est arrivé au pouvoir par un coup d’État militaire en 2008.

“Les dizaines de milliers de partisans de l’opposition et de la société civile n’avaient aucune idée de la terreur qui les attendait ce jour-là en 2009”, a déclaré Ahmed Idris d’Al Jazeera lors d’un reportage depuis Conakry.

“Les survivants parlent d’horribles massacres avec des victimes abattues à bout portant. Des femmes et des filles piégées par les tirs ont été battues et violées par les forces de sécurité.

Comme des centaines de familles qui ont blâmé Camara pour les meurtres, Cherno Maju Bah, est toujours amer à cause du meurtre de son neveu.

“Vous pouvez pardonner à quelqu’un s’il ne l’a pas fait délibérément”, a déclaré Bah à Al Jazeera. «Mais s’il l’a fait délibérément, vous ne pouvez pas lui pardonner. Il l’a fait. Il le pensait et il l’a fait.

De nombreux témoignages rapportent comment des Bérets rouges de la garde présidentielle, des policiers et des miliciens sont entrés dans le stade vers midi, ont bouclé les issues et ont ouvert le feu sans discernement sur une foule jusque-là festive.

Des civils non armés ont été attaqués avec des couteaux, des machettes et des baïonnettes, laissant les gradins, les couloirs et l’herbe jonchés de morts et de mourants. D’autres ont été piétinés à mort dans la panique.

Asmaou Diallo, qui était présente à la manifestation, a déclaré à l’agence de presse Reuters qu’elle avait été agressée et qu’elle avait échappé de peu à sa vie, et que son fils avait été tué devant elle.

“L’image la plus choquante pour moi ce jour-là était celle du corps de mon fils tué. Je n’ai toujours pas analysé ce qui s’est passé », a déclaré Diallo, qui dirige désormais une association de parents et de victimes des tueries.

“Savoir que ce procès aura lieu est pour toutes les victimes le début d’un espoir de délivrance”, a-t-elle déclaré.

Les enquêteurs internationaux ont découvert que les abus pouvaient être qualifiés de crimes contre l’humanité, notant que la brutalité s’est poursuivie pendant plusieurs jours contre les femmes séquestrées et les hommes détenus qui ont été torturés.

Camara a nié toute responsabilité dans l’incident, l’attribuant à des soldats errants, dont son ancien aide de camp, le lieutenant Aboubacar Toumba Diakité, qui fait également partie des personnes inculpées. Il a également nié toute responsabilité.

“Responsabilité pénale personnelle”
A la veille du procès de mercredi, Amnesty International a publié un rapport appelant à une meilleure protection des victimes de viol en Guinée et à l’adoption “urgente” d’une loi globale sur les violences basées sur le genre.

Après des enquêtes prolongées et des retards répétés du gouvernement précédent, le gouvernement militaire qui a pris le pouvoir en septembre de l’année dernière a ordonné que le procès commence au plus tard le 28 septembre, date anniversaire du massacre.

Camara, qui était en exil au Burkina Faso à la suite d’une tentative d’assassinat et de son expulsion en 2009, est rentré en Guinée ce week-end. Des proches disent qu’il a l’intention de “laver son nom” mais la commission internationale l’a accusé de “responsabilité pénale personnelle et de responsabilité de commandement”.

Il a été entendu par un procureur et détenu mardi aux côtés de deux autres anciens officiers supérieurs de l’armée, a déclaré leur avocat Pepe Antoine Lamah aux journalistes.

“C’est en violation de la loi que le procureur a décidé d’incarcérer mes clients”, a déclaré Lamah.

Au moins 600 victimes de l’incident du stade ont été identifiées, selon Alseny Sall, porte-parole de l’Organisation guinéenne des droits de l’homme.

Sall a déclaré que quelque 154 personnes avaient été tuées ce jour-là par des soldats de la garde présidentielle, la police militaire, la police et des stagiaires militaires alors qu’environ 50 000 personnes se rassemblaient au stade pour protester.

En attendant le procès
Certains proches des personnes tuées ont déclaré n’avoir jamais reçu la dépouille de leurs proches.

“Le plus dur pour moi a été de ne pas pouvoir faire le deuil de mon mari. Son corps a disparu et ne nous a jamais été restitué. C’est une situation qui me pèse », a déclaré Salimatou Bah, une vendeuse de riz.

« Tout ce que nous voulons, c’est la justice. Ce procès doit garantir que de telles choses ne se reproduisent plus jamais dans ce pays », a-t-elle déclaré.

Malgré des engagements répétés sous le régime de l’ancien président Alpha Condé, les victimes et leurs proches disent attendre le procès depuis 13 ans.

Alors que beaucoup ont salué la décision du gouvernement militaire guinéen de porter l’affaire en justice, on soupçonne également que la décision pourrait être politiquement motivée par l’actuel chef militaire, le colonel Mamady Doumbouya.

Doumbouya, qui est arrivé au pouvoir par un coup d’État l’année dernière après 11 ans de régime civil, est sous pression pour se retirer et fixer une date pour de nouvelles élections.

Les défenseurs des droits humains et la Cour pénale internationale ont également réclamé justice.

“L’objectif est de s’assurer que les auteurs sont punis et que les victimes bénéficient de leurs droits”, a déclaré à Al Jazeera Alpha Amadou Bah, un avocat qui a porté l’affaire devant la CPI au nom d’une victime.

« Parce que de nombreuses personnes sont toujours portées disparues. Ce procès pourrait nous mener là où les disparus sont enterrés. Sans justice, il n’y aura pas de bouclage pour les familles.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *