La récupération des biens mal acquis doit être au cœur de tout programme sérieux.

Views: 20
Votre PUB ici

Le régime de Abdou Diouf, et celui des Wade (père et fils) sont loin d’être exempts de reproche en matière de bonne gouvernance, de détournements des deniers publics. Cependant, les vols et détournements sous ces régimes sont une goutte d’eau comparés à ce à quoi nous assistons sous le régime actuel que l’on peut nommer « le régime Faye – Sall ». 

Si Macky Sall a ouvert les vannes de l’enrichissement sans cause pour tous les membres de son clan, et se sent obligé de les protéger avec son coude, jusqu’aux faux monnayeurs tels que Bougazelli, avec l’aide de son procureur et de son ministre de la justice, c’est pour que l’attention ne soit pas uniquement portée sur les scandales imputables à sa famille, à sa belle-famille, à la fondation nébuleuse de la première dame, au méga scandale Pétro-Tim impliquant les Sall, aux activités du fils Amadou Sall et ses amis, aux entreprises de Adama Faye, Mansour Faye, Moustapha Faye, à celles de leurs conjoints et enfants respectifs.  

Tous étaient des gorgorlous avant 2000, aujourd’hui immensément riches, par centaines de milliards, et intouchables. Ils se permettent même de narguer les pauvres populations.

Sous le régime « Faye – Sall », le mot d’ordre n’est pas seulement « sus aux ressources publiques », mais c’est quasiment une obligation de piller, sous peine d’être considéré comme un potentiel délateur et donc éjecté ou mis au frigo comme l’a été feu Alioune Badara Cissé.  

Les rares rapports réalisés par les corps de contrôle servent à promouvoir par décret les délinquants épinglés et faire un pied de nez aux sénégalais que l’on méprise. Tout fonctionnaire surpris à réaliser une enquête transparente sur un membre du clan « Faye – Sall » est limogé illico, à l’image de Nafi Ngom Keita.  

Le butin dérobé aux sénégalais de 2012 à 2022 peut se chiffrer à plus de 10 000 milliards, cela sans compter la valeur des ressources foncières pillées. C’est aussi sans compter les pertes incommensurables sur les ressources minières et halieutiques vendangées aux étrangers pour capter des dessous de table, sur les contrats léonins signés en connaissance de cause, tels que l’autoroute à péage, le TER, le BRT, et tant d’autres.

Ce butin est caché en partie dans des maisons, dans des placards aménagés à cet effet, dans des sous-sols, dans des comptes à l’étranger, dans des sociétés, auprès de fiduciaires.  Lorsqu’ils puisent dans ce butin, c’est pour se payer des immeubles valant des milliards, des villas scandaleuses, des hectares de champs modernes, des actions dans des sociétés, des biens immobiliers à l’étranger.  

Lorsqu’ils se payent des voitures, pour leurs enfants, pour leurs copines, pour leurs complices, ce n’est pas de simples 4×4 à 60 millions, mais ce sont des Maybach, des Bentley, des Rolls Royce, des Maserati, coutant entre 100 et 500 millions.  

Certains parmi eux se font voler des centaines de millions par leurs propres enfants, leurs neveux, leurs conjoints, mais ils n’osent porter plainte pour ne pas attirer l’attention. Papa vole, alors je vole aussi, c’est de lui que j’ai appris 

Macky Sall sait que le vent a presque déjà tourné pour lui, c’est pour cela qu’il repousse chaque jour les barrières de l’indécence, descendant lui-même dans les ténèbres pour aller copter des transhumants, des renégats. 

Macky Sall sait aussi que s’il est remplacé par Ousmane Sonko, le Sénégal ne passera jamais par pertes et profits les milliers de milliards dérobés sous sa gouvernance. Les comptes bancaires et les maisons seront fouillés, les sociétés seront fouillées, les biens mal acquis seront confisqués, les prisons seront peintes en marron-beige.  

Le Sénégal peut récupérer entre 10 000 Milliards et 20 000 Milliards à partir de 2024 après la chute du régime kleptocratique des Faye – Sall. Une alternance en 2024 ne méritera qu’on la soutienne que si elle permettra la récupération de toute cette manne détenue par un clan. Tout prétendant à la magistrature suprême qui ne s’engage pas à faire de la récupération des avoirs volés une priorité après 2024 devra être considéré comme suspect et non crédible. Il s’agit d’une demande sociale, et il faudra la traiter comme tel.   

MARVEL NDOYE 

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *