La gendarmerie nationale s’invite à l’hémicycle 60 ans après les événements de 1962

Views: 26
Votre PUB ici

La session d’installation de la 14ème législative a été marquée hier, jeudi 12 septembre par un incident rarissime dans l’histoire de l’Assemblée nationale. 

Acculée par les députés de l’opposition qui exigeaient entre autres, des couleurs différentes pour distinguer les quatre candidats en liste pour le poste du président de l’Assemblée nationale et le départ de la salle de l’hémicycle des ministres élus députés sur la liste de la coalition au pouvoir Benno Bokk Yaakaar, la présidente de séance Mme Aïda Sow Diawara a fait appeler aux Gendarmes qui ont investi cette salle qui est pourtant réservée uniquement aux députés. Un fait inédit a marqué la session d’ouverture de l’Assemblée nationale hier, lundi 12 septembre.

En effet, après plusieurs heures de blocage de l’élection du président de l’Assemblée nationale par les députés de l’opposition, la présidente de séance Mme Aïda Sow Diawara a finalement fait appel aux gendarmes. Sous les ordres du Général Daouda Diop, les hommes en tenue de combat sans armes, se sont invités dans la salle de l’hémicycle. Sur place, ils ont formé une ceinture de sécurité autour du Perchoir en usant de la force de leur bras pour repousser tous les députés de l’opposition qui s’y trouvaient. Leur intervention a provoqué une confusion totale qui a régné une dizaine de minutes dans la salle de l’hémicycle avant que le calme ne revienne. Le vote a pu se dérouler sous la surveillance des hommes en bleu mais seulement avec les députés de Benno Bokk Yaakaar.

En effet, leurs collègues de l’opposition étaient systématiquement bloqués par les Gendarmes après que certains d’entre eux ont tenté de saccager l’urne posée devant le box du Perchoir. Conséquences : aucun des députés de l’opposition n’a pu voter. Du coté des non-inscrits, seul Thierno Alassane Sall a effectué son vote puisque Pape Djibril Fall a quitté la salle au moment de vote.

Cette intervention des Gendarmes à l’intérieur de l’Hémicycle rappelle les douleurs évènements de 1962. A l’époque, à la suite d’un désaccord opposant l’ancien président de la République, Léopold Sédar Senghor et le président du Conseil, Mamadou Dia, ce dernier a fait déployer des Gendarmes qui ont bloqué l’accès à l’Assemblée nationale aux députés proches du poète président qui voulaient voter une motion de destitution contre lui.

Pour rappel, les députés de l’opposition réclamaient entre autres, des bulletins de couleurs différentes des candidats en lice pour le poste de président de l’Assemblée nationale et le départ de la salle de l’hémicycle des ministres élus députés sur la liste de la coalition au pouvoir Benno Bokk Yaakaar du fait selon eux de l’incompatibilité de la fonction de membre du gouvernement avec celle de député.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *