Juan Branco « refuse de boire et de s’alimenter » (Me Ciré Clédor Ly)

Views: 113
Votre PUB ici

Arrêté samedi à Rosso, une ville mauritanienne située près de la frontière entre la Mauritanie et le Sénégal, Juan Branco, avocat français de l’opposant Ousmane Sonko a été nuitamment déposé à la prison de Rebeuss. Depuis, il a refusé de boire et de s’alimenter, selon un de ses confrères Me Ciré Clédor Ly.

« Le confrère Juan Branco, membre du collectif de défense de monsieur Ousmane Sonko le principal opposant du parti au pouvoir au Sénégal, a été arrêté et déposé après minuit passé, à la maison d’arrêt et de correction de Rebeuss, à quelques encablures du palais de justice de Dakar », a dit Me Ly, dans une note transmise à PressAfrik.

Me Branco était attendu à la Division des investigations criminelles par deux Confrères, Maîtres Abdi Nar Ndiaye et Ciré Cledor Ly pour l’assister et surveiller la procédure et relever les irrégularités éventuelles.

Arrêté sur la base d’un mandat d’arrêt international, il aurait été, selon lui, « kidnappé » depuis hier nuit sur le territoire Mauritanien à près de 100 km de la capitale Nouakchott, par des « hommes en cagoules sans aucun signe distinctif et qui l’ont blessé aux poignets ».

«Il a refusé de boire et de s’alimenter depuis qu’il a été entre les mains des individus qui l’avaient pris et toujours selon lui, en réaction au « procédé illégal utilisé pour le ramener sur le territoire sénégalais ».

L’avocat du principal opposant à Macky Sall a aussi décidé de « garder le silence et de n’autoriser aucune personne à l’assister aussi bien durant la phase procédurale de notification du mandat d’arrêt, que devant le juge d’instruction du 2eme cabinet du tribunal de grande instance hors classe de Dakar qui a ouvert une information judiciaire ».

Le juge d’instruction a visé 4 infractions que sont: L’attentat- article 72 du code pénal(1),complot- article 73 du code pénal (2),diffusion de fausse nouvelles- article 255 du code pénal (3),actes et manœuvres de nature à compromettre la sécurité publique ou à occasionner des troubles politiques graves-article 80 du code pénal(4).

Selon Me Ly, « la première infraction est punie de la réclusion criminelle à perpétuité ». Nul ne pouvant être assisté contre son gré, les avocats Maîtres Abdi Nar Ndiaye et Cire Clédor Ly qui l’attendaient pour l’assister, ne pouvaient naturellement aller à l’encontre de la volonté du jeune confrère, à ce stade de la procédure », lit-on dans la note.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *