GMS à Macky Sall : « Demain vendredi, il y aura bel et bien marche ici à Ziguinchor »

Views: 20
Votre PUB ici

 » Je n’ai pas quitté Dakar pour Ziguinchor pour prendre part à la marche prévue ce vendredi 17 Juin et ne pas le faire ». Tels sont les mots de Guy Marius Sagna aux leaders de Yewwi Askan Wi et de Wallù de Bignona, Oussouye et  Ziguinchor, ainsi qu’aux différents membres de ces deux coalitions. Face aux journalistes, GMS et les leaders de ces deux coalitions de l’opposition comptent marcher comme ils l’ont prévu, pacifiquement disent-ils, de Diatir au rond-point Aline Sitoé Diatta.

 » Demain Vendredi 17 Juin, après la prière, nous allons nous retrouver au terrain de Diabir pour marcher pacifiquement, je dis bien pacifiquement. Nous n’allons ni nous bagarrer, ni lutter, semer la zizanie ou troubler l’ordre public. Ce n’est pas notre ambition. Nous allons marcher tranquillement et de manière pacifique à partir de 15 heures du terrain de Diatir jusqu’au rond-point Aline Sitoé Diatta « , annonce-t-il. En ce qui concerne la décision du Préfet, Guy affirme n’avoir rien à dire à l’autorité administrative. A Antoine Diome aussi, il n’y a rien qu’on puisse lui dire, pense-t-il. Le seul responsable se trouve être le Président Macky Sall, fait comprendre Guy Marius. Et au Chef de l’État, Guy lance ces mots :  » Président Macky Sall, nous de Ziguinchor, de Bignona et de Oussouye, nous vous faisons savoir ceci : svous pensez qu’il n’y aura pas de marche, Président Macky Sall vous vous trompez, parce que demain Vendredi nous allons marcher. Il y aura belle et bien marche, il y aura manifestation ici à Ziguinchor ».

Selon GMS, depuis des jours, des semaines, des mois, tout l’appareil de l’État a été mobilisé pour empêcher à ce que Yewwi Askan Wi aille à ces élections législative du 31 juillet prochain, de même que la coalition Wallù. De ce fait, il se demande « où étaient, toutes ces personnes mobilisées et qui constituent cet appareil d’État, quand les terres des paysans et des éleveurs à Ziguinchor, Bignona et partout ailleurs au Sénégal étaient volées ». A l’en croire, cet appareil d’État doit être mobilisé contre les spoliations foncières, les démolitions des maisons des pauvres goorgoorlu au lieu de mater des populations désireuses de revendiquer leurs droits ou des opposants en leur empêchant de se présenter à des élections.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *