Donald Trump est condamné. Enfin

Views: 141
Votre PUB ici

Donald Trump est confronté à la reconnaissance juridique qu’il a gagnée après avoir avili toutes les normes morales, éthiques et juridiques dans la poursuite des deux aspects déterminants de sa petite vie sale : l’argent et la célébrité.

La roue a tourné. L’inconcevable est devenu réel. La récompense que des millions d’Américains éclairés ont espérée, souhaitée et aspirée pendant un long moment, souvent décourageant, est arrivée.

Enfin.

Quelques mois seulement après qu’un procureur de district de New York lui ait montré la voie en accusant Trump d’avoir versé de l’argent secret à une star du porno, le ministère de la Justice des États-Unis a également fait tardivement son devoir.

Enfin.

Peut-être que le G-man menant une série d’enquêtes sur Trump, l’avocat spécial Jack Smith, a été inspiré pour agir par la volonté et la bravoure de deux femmes qui ont refusé d’être intimidées par un voyou devenu président.

L’écrivain E Jean Carroll et l’actrice Stormy Daniels ont affronté Trump alors que personne d’autre ne le ferait, sachant, j’en suis sûr, que des attaques laides et implacables étaient inévitablement en magasin. Plutôt que de boucler ou de reculer, ils se sont levés et ont avancé. Les Américains éclairés leur doivent à tous deux une dette de gratitude permanente pour avoir combattu le bon combat et l’avoir emporté.

Il appartiendra au ministère de la Justice de suivre leur exemple honorable et d’obtenir le même résultat ô combien satisfaisant.

Dans un premier temps, Trump comparaîtra, semble-t-il, devant un magistrat à Miami au début de la semaine prochaine pour faire face à un acte d’accusation fédéral en sept chefs d’accusation après une enquête longue et parfois laborieuse sur sa thésaurisation de documents classifiés dans son repaire criard en bord de mer, Mar -a-Lago. Les chefs d’inculpation comprendraient « complot en vue d’entraver » et « rétention délibérée de documents ».

Enfin.

Les premiers reportages sur les accusations ont décrit de diverses manières la décision sans précédent contre un ancien président comme un «événement sismique» «politiquement capital».

Pour une fois, l’hyperbole était justifiée.

Cet escroc de carrière – qui, absurdement, est devenu commandant en chef des États-Unis – a, avec sa bile et ses fanfaronnades, évité d’être tenu pour responsable. Jusqu’ici.

Cette fois, la bile et les fanfaronnades n’ont pas fonctionné.

Fidèle à son rang et à sa nature manipulatrice, Trump a tenté de “prendre de l’avance” sur l’histoire en annonçant l’acte d’accusation à plusieurs chefs d’accusation sur un site de médias sociaux – peuplé de ses partisans fanatiques – digne de son caractère désolé : analphabète et perpétuellement en colère.

“Je n’aurais jamais cru possible qu’une telle chose puisse arriver à un ancien président des États-Unis”, a tonné Trump. Détrompez-vous, Monsieur l’ex-président. Détrompez-vous.

Le rubicon juridique est franchi. Trump, j’en suis convaincu, ne pourra pas s’en remettre.

Jour après jour, l’aura perplexe d’invincibilité qui a protégé Trump s’effrite une couche toxique après l’autre.

Trump, je pense, le sent. La bravade a été remplacée par la panique. Il ne contrôle plus les événements ni le “récit”. Le destin de Trump sera décidé par des gens au-delà de sa portée hideuse et par la galerie rampante de sycophants sur et hors de la télévision par câble qui font aussi sa sinistre offre pour l’argent et la renommée.

Il n’est pas étonnant que ses explosions en majuscules aient une qualité désespérée qui trahit une peur de ce qui nous attend : une salle d’audience en Floride, des procureurs chevronnés et une avalanche de preuves incriminantes, y compris, apparemment, une cassette audio de Trump admettant qu’il s’est accroché un document classifié sur les plans d’attaque contre l’Iran rédigé par le président des chefs d’état-major interarmées.

La perspective que l’orgueil bavard de Trump puisse aider à le condamner est aussi délicieuse que appropriée.

Malgré les actes d’accusation, il reste probable que Trump devienne le candidat républicain. Pourtant, il sera ensanglanté par ses challengers républicains qui ont montré une volonté surprenante, ces derniers jours, de parler sans détour de la façon dont sa conduite erratique au pouvoir et le rôle précipitant qu’il a joué dans l’insurrection du 6 janvier l’ont disqualifié de la présidence.

Le conseil spécial peut également prononcer d’autres actes d’accusation à ce sujet. L’ancien gouverneur du New Jersey Chris Christie et l’ancien vice-président Mike Pence seront non seulement enhardis par les actes d’accusation actuels et futurs, mais encouragés à continuer à attaquer. Ils réduiront petit à petit l’appel de Trump aux électeurs indépendants qui n’accepteront pas de soutenir un détenu d’une prison fédérale en devenir.

Et, bien sûr, il y a peut-être plus de munitions en perspective alors qu’un procureur géorgien semble sur le point d’inculper Trump plus tard cet été pour ses tactiques musclées de type mafieux pour faire pression sur le secrétaire d’État républicain pour qu’il “trouve” 11 000 votes fantômes pour annuler l’élection présidentielle de 2020.

C’est de cela que sont faits les rêves du président Joe Biden.

Son probable adversaire républicain sera préoccupé de rester hors de prison et d’épuiser le temps, l’argent et l’énergie pendant que Biden fait campagne pour être réélu.

Trump se rabattra sur ses stratagèmes habituels : transformer les actes d’accusation en martyre et saper la légitimité des procureurs.

Ce livre de jeu fatigué perd de sa puissance.

L’histoire retiendra que le jeudi 8 juin 2023 était le jour où la quête de Donald Trump pour être élu président en 2024 était vouée à l’échec.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *