Des migrants fuyant le Liban par la mer accusent la Grèce d’abus

Views: 95
Votre PUB ici

Lorsque Ahmad, un orfèvre de la ville côtière libanaise d’al-Mina, n’a plus pu faire fonctionner ses machines en raison de coupures d’électricité prolongées, il a su qu’il était temps de trouver une issue. “J’ai vendu tout mon équipement et j’ai décidé de partir”, a déclaré le Libanais de 25 ans à Al Jazeera. Certains de ses amis avaient atteint l’Italie en s’embarquant pour le périlleux voyage en bateau depuis la ville septentrionale de Tripoli. Ils l’ont persuadé de faire de même.

Avec les trois quarts de la population vivant dans la pauvreté, les pénuries de carburant obligeant les centrales à fermer et la valeur de la monnaie plongeant sans fin, un nombre croissant de Libanais et de Syriens ont recours à la migration. Ahmad a déclaré qu’il faisait partie des 82 Libanais et Syriens qui sont montés à bord d’un bateau de pêche le 26 octobre et ont navigué loin au large.

Mais le groupe n’a jamais atteint sa destination. Al Jazeera s’est entretenu avec trois des passagers, dont les noms complets ont été cachés car ils craignaient de compromettre leurs chances de migrer. Ils racontent avoir été pris dans un réseau de refoulements illégaux et de détentions arbitraires que les organisations de défense des droits humains décrivent comme un outil de plus en plus courant pour empêcher les migrants d’entrer en Europe.

Quitter le Liban Aucun passeur n’a été impliqué dans la planification du voyage. Les familles ont vendu leurs biens ou emprunté de l’argent pour acheter le bateau et les vivres.

« Nous étions tous amis, parents et voisins de la même région », a déclaré Ahmad. Une autre passagère, Amani, 36 ans, a passé toute sa vie à al-Mina, une municipalité indépendante souvent considérée comme une extension du port de Tripoli. Elle n’aurait jamais pensé qu’elle vendrait un jour sa maison et ses bijoux pour tenter de donner à ses trois enfants une « vie digne ».

“J’ai décidé qu’il était temps de partir quand mon fils est tombé malade et je ne pouvais pas trouver de médicaments”, a-t-elle déclaré à Al Jazeera. Bilal, un Syrien de 43 ans originaire d’Idlib, vit au Liban depuis près de trois décennies, travaille dans un café et un glacier, et a épousé une Libanaise.

“Je travaillais jusqu’à 18 heures par jour pour gagner assez d’argent”, a-t-il déclaré. Incapable de joindre les deux bouts à cause de l’inflation et n’ayant pu obtenir d’augmentation, il a décidé de vendre sa voiture, les bijoux de sa femme – voire les boucles d’oreilles de sa fille – et de quitter définitivement le pays.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *