Crise ukrainienne : alors que l’espoir s’estompe, l’hypocrisie prospère

Views: 48
Votre PUB ici

Alors que l’espoir meurt, l’hypocrisie vit.

Cette équation, en quelque sorte, m’est venue à l’esprit alors que je regardais avec un mélange déprimant de chagrin, de tristesse et de terreur l’invasion de l’Ukraine par la Russie se produire en temps réel à la télévision.

Alors que les diplomates, assis en cercle solennel, appelaient à la retenue aux Nations Unies, les images familières de « choc et effroi » ont recommencé et un sentiment tout aussi familier de déjà-vu a de nouveau saisi la conscience d’un monde fatigué par la guerre.

Ce n’était pas censé se passer ainsi.

J’ai lu sur la page d’opinion d’Al Jazeera et ailleurs qu’il était peu probable que Vladimir Poutine fasse ce qu’il a fait. Les raisons avancées par des écrivains beaucoup plus familiers avec le dirigeant russe, la région et son histoire m’ont paru logiques et rassurantes.

Peut-être, comme vous, ai-je gardé l’espoir que la guerre pourrait être évitée, que la diplomatie prévaudrait et qu’encore plus d’innocents dans une autre partie du globe seraient épargnés par la douleur, la souffrance, les indignités et les horreurs inévitables causées par de petites hommes avec de grandes armées.

Les « analystes » et nous avions tort.

Alors maintenant, l’espoir semble perdu – encore une fois. C’est une victime d’une autre guerre stupide et inutile commencée par un autre petit homme inadéquat avec un travail important et puissant.

Peut-être, comme vous, avant que Poutine ne choisisse la guerre, ai-je imaginé les possibilités à un horizon pas si lointain. J’imaginais qu’une lueur d’optimisme pourrait enfin percer la morosité alors que certains d’entre nous sortaient de la longue emprise d’un virus tueur. Et j’ai vu des gens altruistes, gentils et intelligents nous guider de la perte et de l’incertitude vers une mesure bienvenue de rétablissement et de promesse.

La mince perspective de connaître la possibilité, l’optimisme et la promesse a été effacée ; remplacé, soudainement et brutalement, par un pressentiment pour le sort de millions d’Ukrainiens pris dans le collimateur mortel de ce dernier spasme de folie et d’un monde qui revient, à une « guerre froide » que nous pensions avoir laissée derrière nous.

Depuis tôt jeudi matin, un monde déjà endommagé et tendu est devenu plus fragile et inquiétant. La possibilité qu’une nouvelle guerre froide en plein essor puisse, à temps ou par un dessein fou, se transformer en une guerre chaude plus large est plus concevable aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a quelques jours à peine.

Ce sont des temps sombres pour ceux d’entre nous qui se soucient de nos voisins bien au-delà de nos intérêts et frontières paroissiaux. Tout le travail acharné et nécessaire accompli par tant de bonnes personnes dans tant d’endroits qui ont essayé de façonner un retour à la vie – pleinement et complètement – s’est déroulé en un instant.

Pourtant, notre devoir, notre obligation est d’apporter aide et réconfort – du mieux que nous pouvons – aux enfants, femmes et hommes ukrainiens qui sont enfermés dans des bunkers et des stations de métro pour échapper à la mort et à la destruction ci-dessus. Il est de notre devoir et de notre obligation d’aider les Ukrainiens – du mieux que nous pouvons – à trouver refuge s’ils le demandent et quand ils le demandent. Il est de notre devoir et de notre obligation d’aider les Ukrainiens à résister et à reprendre possession – si possible – de leur pays.

Les Russes courageux comprennent ce devoir et cette obligation. Des milliers de personnes sont descendues dans les rues des villes de toute la Russie pour dire non au désespoir, non à l’inhumanité, non à la guerre. Ils ont risqué leur liberté pour montrer leur solidarité avec les Ukrainiens d’à côté.

Nous devons féliciter les Russes éclairés d’avoir adopté une position juste et humaine face à l’impératif de le faire.

Mais d’autres acteurs de ce drame qui se déroule méritent notre mépris et notre censure pour leur hypocrisie flagrante sur un étalage stupéfiant.

Il a été stupéfiant de voir un président américain et un premier ministre britannique et leurs substituts à l’ONU et autres condamner la Russie pour avoir violé des chartes et le droit international soi-disant sacro-saints et contraignants alors que la politique étrangère américaine et britannique a, pendant des générations, été le reflet ruineux de mépris hautain pour ces mêmes chartes et lois.

L’histoire regorge de pays et de peuples qui ont payé et continuent de payer chèrement et collectivement les décisions prises par les présidents américains et les premiers ministres britanniques – notamment – de rejeter la diplomatie au profit de la force et du “changement de régime”.

Il est stupéfiant d’entendre un président américain et un premier ministre britannique et leurs substituts proclamer leur défense totale de «l’intégrité territoriale» de l’Ukraine alors que les présidents américains et les premiers ministres britanniques ont – en particulier – traité de «l’intégrité territoriale» de dizaines d’autres nations souveraines comme un inconvénient à leurs desseins impériaux.

Les exemples d’« exceptionnalisme » britannique et américain abondent – ​​Vietnam, Cambodge, Nicaragua, El Salvador, Panama, Chili, Venezuela, Syrie, Égypte, Afghanistan et, bien sûr, Irak et bien d’autres.

Il est étonnant d’entendre un président américain et un premier ministre britannique avertir Poutine d’éviter de commettre une “erreur historique” lorsqu’un président américain et un premier ministre britannique ont rejeté les conseils exacts (et prémonitoires) offerts au début du siècle par une flopée de diplomates. au Conseil de sécurité de l’ONU et des millions de manifestants anti-guerre qui ont ensuite été qualifiés de collaborateurs naïfs au service d’un dangereux autocrate.

En corollaire à cela, il est stupéfiant de lire les chroniques d’opinion publiées par les principaux journaux britanniques et américains – qui ont souvent fourni l’imprimatur de leurs pages éditoriales comme couverture pour des invasions illégales et des coups d’État.

– intitulé « L’Occident doit montrer à Poutine à quel point il a tort de choisir la guerre ».

Il est stupéfiant de voir des personnalités américaines et britanniques de l’information par câble dénoncer la campagne de « choc et effroi » de l’armée russe alimentée par des missiles de croisière comme preuve des desseins malveillants de Poutine lorsqu’ils ont regardé avec une admiration silencieuse et parfois festive alors que les forces américaines et britanniques déchaînaient « choc et effroi ». crainte » au Koweït, en Irak et en Afghanistan.

Enfin, il est stupéfiant de voir des politiciens et des commentateurs occidentaux se précipiter à la vitesse d’un sprinteur pour exiger que des sanctions écrasantes soient immédiatement imposées au « régime » russe et aux facilitateurs de Poutine à l’intérieur et à l’extérieur de la Douma alors que ces politiciens et commentateurs occidentaux caquetent comme des ânes en colère quand des humains des groupes de défense des droits suggèrent que des sanctions soient imposées contre d’autres régimes reconnus coupables d’apartheid.

D’où j’écris, l’espoir qui semblait autrefois à portée de main est sur le point de s’éteindre. Pendant ce temps, l’hypocrisie, comme toujours, prospère.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *