Contre vents et marées, Ousmane Sonko poursuit son « Neemeku Tour ».

Views: 372
Votre PUB ici

La pêche est bonne pour Ousmane Sonko dans le département de Mbour. Déjà deux pontes de la commune de Malicounda ont rejoint le camp des « Patriotes » et font monter la pression sur le maire Maguette Sène et, par extension, tous les responsables de la mouvance présidentielle.

Ousmane Sonko continue de séduire les populations de la Petite côte dans ce « Neemeku Tour » original. Rassuré par l’élan formidable de mobilisation constaté depuis le début de sa tournée, il a exprimé hier à l’étape de Sandiara son souhait de conquérir ce département qui se refuse à lui jusqu’à présent lors de la présidentielle de 2024.

En « roi » adulé en pays sérère conquis par les liens du cousinage inter-ethnique, l’opposant a égratigné la politique de développement rural du président Macky Sall.

Contre vents et marées, Ousmane Sonko poursuit son « Neemeku Tour ». Hier, au quatrième jour d’un périple stratégique pour la massification de son parti, le maire de Ziguinchor était dans les communes de Sandiara et de Sessène, deux communes dans le giron de la mouvance présidentielle comme Popenguine, Ndayane et Sindia visitées la veille. À Sandiara, le chef des « Patriotes » a été accueilli par l’imam Sall qui a prié pour lui. Dans la capitale de cette contrée du Jëgëm, l’ancien député a acculé le maire Serigne Guèye Diop, défait lors des dernières élections législatives et n’avait dû son salut qu’aux autres villages. Le Pastefien en chef a exprimé vivement son souhait de voir le département de Mbour tomber entre ses mains au soir de la présidentielle de 2024.

Accompagnés d’une forte délégation dont le coordinateur départemental Mamadou Lamine Diaïté, les opposants ont rencontré les responsables politiques de leur parti, les autorités coutumières et religieuses. Après l’étape du chef-lieu de la commune de Sandiara, le président de Pastef a fait le tour des villages.

Vers 16h, Ousmane Sonko est arrivé dans la commune de Sessène voisine. Reçu par les chefs de village et imams ainsi que les prêtres, il s’est livré devant les populations attentives à son discours au même exercice d’ explication de son projet politique. A chaque étape, les populations sont sorties massivement suivre le cortège, certains, téléphones en main ne se sont guère empêchés de prendre des images pour immortaliser ces moments.

C’était la ruée à chaque étape chez les jeunes, les femmes, et même chez les personnes d’âge avancé qui ont tenu à manifester leur soutien au président du Pastef. Ce dernier, exploitant avec aise les bienfaits du cousinage à plaisanterie entre Diolas et Sérères, n’a pas cessé de dire qu’il est dans son terroir.

A Godaguène, une vieille dame bénit « son fils »

Les notables, ravis par cette démarche du président du Réel (Réseau des élus locaux), ont exprimé leur joie d’accueillir un « fils » sur la base des liens du cousinage inter-ethnique. « Vous êtes notre fils. J’ai entendu dire que votre mère est Sérère et chez nous, on accorde plus d’importance au neveu qu’au fils. Et de l’autre côté vous êtes un Diola, ce qui lie le Diola au Sérère est plus solide que ce qui lie deux Sérères. Vous êtes un des nôtres, que Dieu guide vos pas, vous protège et exauce nos prières. Soyez courageux, le chemin est long et épineux, parsemé d’embûches mais peut être surmonté » a lancé à Ousmane Sonko une vieille femme dans le village de Godaguéne.

A Ndiefer, le leader du PASTEF a égratigné le président Macky Sall et son régime qu’il accuse d’avoir oublié le monde rural. « Dans les grandes villes, Macky Sall ne peut pas gagner malgré les efforts qu’il fait, paradoxalement dans le monde rural où les populations sont oubliées il gagne. Pourtant, quand on veut développer un pays, on doit commencer par investir dans la campagne parce que, quand cette zone se développe, le pari sera gagné. Donc, je vous demande de participer au changement pour que le Sénégal connaisse le développement » a exhorté Ousmane Sonko.

Dans le cadre du cousinage, il s’est permis de lancer une pique aux Sérères en leur disant que, depuis qu’il a débuté la tournée, il n’a pas encore reçu un bol de couscous, ce qui a déclenché une hilarité générale au sein de l’assistance.

Après quatre jours de tournée dans le département de Mbour, les bases de Pastef se sont élargies hier encore avec le ralliement de deux cadors dans la zone de Malicounda nord. Il s’agit de Maguette Ndoye Ndiaye, responsable du mouvement M2M, et du responsable du mouvement AGIR de Malicounda, Mamadou Dia.

Tombée dans l’escarcelle de la coalition Yewwi Askan Wi avec comme moteur le Pastef aux dernières législatives, la commune de Mbour n’est pas inscrite dans le planning de cette tournée du leader, mais les militants ont dit à haute voix qu’ils souhaitent que leur leader y fasse un crochet. Un souhait d’autant plus motivé que, depuis hier, le maire Cheikh Issa Sall a soutenu qu’il entamera lui aussi des visites de proximité auprès des dignitaires religieux et coutumiers de la commune, histoire, dit-il, de faire le suivi des engagements pris dans le cadre de son programme « Yessal Mbour ». C’est dire que cette étape de Mbour qui se dessine pourrait être celle de tous les dangers après l’incident malheureux de Joal dimanche dernier au premier jour du « Nemeeku Tour », vu la détermination du maire de Mbour à « régler des comptes » avec son ancien camarade de promotion à l’ENA et « ami ».

Etienne Ndiaye (Correspondant permanent à Mbour)  

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *