Après la sortie du Mali, le Niger accepte les forces étrangères pour sécuriser la frontière

Views: 43
Votre PUB ici

Le président Mohamed Bazoum a déclaré que le Niger avait accepté que des forces spéciales françaises et européennes soient déployées sur son territoire depuis le Mali pour renforcer la sécurité près de la frontière avec son pays voisin.

Les commentaires de Bazoum vendredi sont intervenus un jour après que la France et ses alliés européens ont annoncé qu’ils commenceraient à retirer leurs troupes du Mali combattant les groupes armés opérant dans la partie ouest de la région du Sahel en Afrique.

“Notre objectif est que notre frontière avec le Mali soit sécurisée”, a déclaré Bazoum sur Twitter, ajoutant qu’il s’attendait à ce que les menaces des groupes armés se multiplient dans la région après le départ des forces.

« Cette zone sera encore plus infestée et les groupes terroristes se renforceront. Nous savons qu’ils sont destinés à étendre leur influence », a déclaré Bazoum, ajoutant que les forces déployées seraient en mesure de répondre aux menaces des groupes armés dans la région.

Quelque 2 400 soldats français qui faisaient partie des forces déployées au Mali pour combattre les groupes liés à al-Qaïda et à l’EIIL (EIIL), et environ 900 forces spéciales de la force opérationnelle Takuba dirigée par la France, devraient quitter le Mali dans les mois à venir.

Le Niger, le Mali et le Burkina Faso ont lutté pour contenir les groupes armés qui ont tué des centaines de personnes, déplacé des millions de personnes et rendu ingouvernables des pans de territoire dans la zone tri-frontalière du Sahel ouest-africain.

Maïkol Zodi, dirigeant d’un mouvement qui mène des manifestations contre les troupes étrangères au Niger, a déclaré jeudi que leur présence était illégale.

« Il est inacceptable et intolérable d’accepter ce redéploiement sur notre territoire. S’ils le font, nous les traiterons comme une force d’occupation », a déclaré Zodi.

« Un problème malien »
Le Mali a du mal à retrouver la stabilité depuis 2012, lorsque des rebelles touaregs et des groupes armés vaguement alignés se sont emparés des deux tiers nord du pays.

Les forces de l’ancienne puissance coloniale française sont intervenues et ont aidé à battre les groupes armés en 2013, mais les combattants se sont regroupés dans le désert et ont commencé à mener des attaques régulières contre l’armée et les civils. Ils ont depuis exporté leurs méthodes vers le Burkina Faso et le Niger voisins où la violence a monté en flèche ces dernières années, laissant dans son sillage une grave crise humanitaire.

La France dispose d’environ 4 300 soldats dans la région du Sahel, dont 2 400 au Mali. Sa force dite Barkhane est également présente au Tchad, au Niger, au Burkina Faso et en Mauritanie.

Un communiqué signé jeudi par la France et ses alliés africains et européens indique que les “multiples obstructions” du gouvernement militaire au pouvoir au Mali signifiaient que les conditions n’étaient plus réunies pour opérer dans le pays.

La France et 15 pays européens ont condamné en décembre la décision des autorités maliennes d’autoriser le déploiement de personnel du groupe russe Wagner, qui aurait commencé à opérer dans le pays et est accusé d’atteintes aux droits humains en République centrafricaine, en Libye et en Syrie.

La décision de retrait s’applique à la fois à Barkhane et à la force européenne Takuba que la France avait tenté de forger avec ses alliés.

Le président Emmanuel Macron a déclaré que les bases françaises de Gossi, Menaka et Gao au Mali seraient fermées dans les quatre à six prochains mois et a promis un retrait “ordonné”.

Vendredi, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré que la capacité du Mali à lutter contre les groupes armés sur son territoire était désormais son propre problème.

“C’est un problème malien, ce n’est plus un problème français”, a-t-il déclaré à la télévision LCI.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *