Analyse : La mission française au Mali a-t-elle échouée ?

Views: 52
Votre PUB ici

En février 2013, des milliers de personnes se sont alignées le long de la route principale de la ville malienne historique de Tombouctou pour accueillir héroïquement le président français François Hollande. Il visitait la ville après que les forces françaises aient repoussé des groupes armés qui avaient capturé des pans entiers du Mali et marchaient vers la capitale, Bamako.

Dansant et agitant des drapeaux français, les habitants ont scandé “Vive la France” alors que Hollande leur faisait signe. Même le muezzin de la mosquée en terre de Djinguereber, datant du XIVe siècle, qui récite l’appel à la prière cinq fois par jour, arborait un foulard aux couleurs du drapeau français en criant “Vive Hollande”. Ce fut une journée joyeuse au Mali.

Aujourd’hui, cela semble être un lointain souvenir. À Bamako, les drapeaux français sont désormais considérés comme un symbole néocolonial et sont brûlés lors des manifestations anti-France. Les troupes autrefois qualifiées de libérateurs sont aujourd’hui accusées de diviser le pays et de former des milices.

Les appels assourdissants à une sortie française du Mali ont finalement été entendus à l’Elysée. Jeudi, le président Emmanuel Macron a annoncé le retrait de l’armée française et de la force européenne dirigée par Paris connue sous le nom de Takuba après près d’une décennie de lutte contre l’aggravation du soulèvement. “Nous ne pouvons pas rester militairement engagés aux côtés d’autorités de facto dont nous ne partageons pas la stratégie et les objectifs cachés”, a-t-il déclaré.

Selon Macron, les bases militaires des villes de Gossi, Ménaka et Gao seront fermées dans quatre à six mois de manière « ordonnée ».

Une campagne sans fin en vue
La France a transformé son intervention militaire de 2013 en une mission antiterroriste complexe appelée Opération Barkhane, qui est devenue la plus longue opération militaire française à l’étranger depuis la fin de la guerre d’Algérie. Plus de 5 000 soldats restent dispersés au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Tchad.

Ils ont été accompagnés par la mission de maintien de la paix des Nations unies MINUSMA, forte d’environ 15 000 hommes, la force Takuba, forte de 800 hommes, ainsi que la mission de formation de l’UE (EUTM) visant à améliorer les capacités militaires maliennes.

Malgré la présence de ces troupes, divers groupes armés liés à al-Qaïda et à l’EIIL (EIIL) se sont multipliés, exploitant le mécontentement local et les déficits de sécurité dans les zones sous-gouvernées du Sahel pour déclencher la violence dans toute la région.

Des groupes armés ont mené plus de 800 attaques meurtrières rien qu’en 2021. Des milliers de personnes ont été tuées et au moins 2,5 millions de personnes ont été déplacées. Pas moins de 13 millions de personnes ont actuellement besoin d’aide humanitaire dans la région.

Pourtant, Macron a refusé d’accepter que la mission française au Mali ait échoué.

Même si la France a réalisé des gains tactiques en éliminant certains combattants de haut niveau, la violence s’est propagée aux frontières nord d’autres États d’Afrique de l’Ouest, comme le Bénin et la Côte d’Ivoire. Sans fin en vue, l’opération antiterroriste est devenue un lourd fardeau pour la France malgré l’implication de 13 autres pays européens via la force Takuba.

Dans les rues, la frustration généralisée contre l’élite politique corrompue et la France pour ne pas avoir réussi à résoudre la crise sécuritaire a explosé. En juin 2020, des manifestations à l’échelle nationale ont éclaté, suivies de deux coups d’État militaires à 10 mois d’intervalle, en août 2020 et à nouveau en mai 2021.

“L’opinion publique dans les États du Sahel est devenue de plus en plus [réticente] aux forces militaires internationales”, a déclaré à Al Jazeera le Dr Boubacar Diawara, professeur agrégé de sciences politiques à l’Université Sorbonne Paris Nord.

La fissure entre Bamako et Paris s’est creusée après que les derniers putschistes ont annulé un accord pour organiser une élection en février et ont décidé de rester au pouvoir jusqu’en 2025. Lorsque le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a condamné les nouveaux dirigeants maliens comme étant de contrôle », Bamako a expulsé l’ambassadeur de France.

La dernière goutte pour l’Occident a été la décision du Mali de déployer des mercenaires du groupe Wagner lié à la Russie. “La junte qui est au pouvoir après deux coups d’État les considère comme les meilleurs partenaires qu’ils puissent trouver pour protéger leur pouvoir, pas pour lutter contre le terrorisme”, a déclaré Macron.

Capitalisant sur le sentiment anti-français généralisé et le manque de confiance dans l’État, l’armée semble avoir convaincu le public qu’elle est mieux équipée que la France et les élus démocratiquement.

Pourtant, environ 80% du pays est en proie à l’insécurité – 7,5 millions de Maliens ont besoin d’aide, selon l’agence humanitaire des Nations Unies, OCHA. Ce mois-ci, le Mali a fait défaut sur des dettes d’environ 92 millions de dollars, alors que les sanctions économiques imposées par l’organisme régional CEDEAO ont commencé à mordre.

Le dialogue avec les rebelles “de plus en plus populaire”
Le retrait français pourrait déclencher un départ plus large des forces occidentales au sein de la mission de l’ONU – qui s’appuie sur les aéroports français avec des avions de chasse et des hélicoptères d’attaque – ainsi que de l’hôpital de Gao, le plus grand établissement médical du nord du Mali. Bien que Macron ait déclaré que la France poursuivrait son soutien, le porte-parole de la MINUSMA, Olivier Salgado, a déclaré que le retrait était « lié à un impact » sur la mission.

La ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, s’est dite “très sceptique” quant à la poursuite de la mission du pays compte tenu du départ des Français. Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a déclaré que le bloc envisageait l’avenir de sa mission et attendait des “garanties” des dirigeants militaires du Mali.

Fahiraman Rodrigue Koné, basé à Bamako, chercheur principal sur le Sahel à l’Institut d’études de sécurité, estime que le retrait pourrait ne pas se traduire automatiquement par une détérioration de la sécurité intérieure car “malgré la présence de neuf ans de troupes occidentales, la situation sécuritaire au Mali n’a pas sensiblement amélioré ».

Le retrait, dit Kone, pourrait également ouvrir la porte à des opportunités pour contenir la violence, y compris le dialogue avec les groupes armés, une idée de plus en plus populaire parmi les Maliens.

Mais de l’autre côté du Sahel, on craint que le départ des troupes françaises n’aggrave les violences et ne déstabilise davantage les voisins du Mali.

Diawara soutient que “le Mali reste l’épicentre de la crise”, affirmant : “Si les jihadistes parviennent à renforcer leur sanctuaire dans le nord du pays, tous les autres pays seront encore plus déstabilisés”.

Les forces de Takuba se délocalisent maintenant au Niger voisin, qui pourrait devenir une base clé pour les opérations de contre-insurrection de la France, une décision qui correspond à la conviction de Macron que l’engagement avec les pays du Sahel est crucial pour la sécurité européenne.

Le président nigérien Mohamed Bazoum est bien conscient du risque de contrarier le sentiment anti-français et est un allié volontaire, déclare Delina Goxho, chercheuse basée à Niamey. L’homme d’État nigérien est désireux de cultiver le soutien occidental alors même que d’autres pays de la région évaluent leurs relations avec les États européens.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *