Affaire «Pharmacie Dakaroise» l’ancien ministre Abdoulaye Diouf Sarr encore désavoué

Views: 25
Votre PUB ici

Chassé par le « mensonge » d’ordre politique, le droit revient encore au galop ! Dans l’affaire dite « Pharmacie Dakaroise », un mois après le départ de l’ancien triste ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, la Cour suprême est revenue à la charge pour rétablir Mme Aicha Goundiam Mbodji dans ses droits. Hier, « Le Témoin » quotidien a appris que la Cour suprême a encore rendu une ordonnance pour suspendre l’arrêté n° 002668 de l’ancien ministre Diouf Sarr abrogeant l’arrêté N°013159 du 04 novembre 1981 qui avait donné à Mme Mbodji l’autorisation d’exploiter une officine de pharmacie à Dakar, et plus précisément à la Place de l’Indépendance.

Rappelons-le, suite à une requête aux fins d’annulation introduite par Mme Mbodji propriétaire de la « Pharmacie Dakaroise », la Cour suprême, par un Arrêt rendu le 25 novembre 2021 (après une Ordonnance de Suspension rendue en février 2021) avait annulé l’arrêté du 13 janvier 2021 de l’alors ministre de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, portant autorisation de transfert d’une officine de pharmacie accordée à Madame Aminata Gassama, l’ancienne épouse d’Abdoulaye Baldé ex-maire de Ziguinchor et ancien leader charismatique de la « Génération du Concret » de Karim Wade. Justement, par un forcing aveugle, maladroit et malhonnête, l’ancien ministre Abdoulaye Diouf Sarr et son ex-directeur de la Pharmacie et du Médicament (Dpm), Yérim Mbagnick Diop, avaient frauduleusement filé le local historique de la « Pharmacie dakaroise » à leur protégée Mme Aminata Gassama Baldé.

Autrement dit, l’ancien ministre Diouf Sarr et son bras armé avaient défié les hauts magistrats de la Cour suprême en abrogeant carrément l’autorisation accordée depuis 1981 à Mme Aïcha Goundiam Mbodji. Cette dernière a alors saisi, comme en 2021, la Cour Suprême en demandant l’annulation de cette « abrogation » et concomitamment la suspension de cet arrêté d’abrogation jusqu’à ce que la Cour suprême statue sur le fond. C’est que la Cour Suprême a fait, hier, jeudi 23 juin 2022, en donnant raison à Mme Mbodji tout en désavouant l’ancien ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr et Mme Aminata Gassama Baldé qu’un concert de casseroles ou de « seringues » risque de déloger de la Place de l’Indépendance

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *