Adji SARR : Douze mois de gestation elle bat tous les records et toujours pas de bébé extraterrestre…

Views: 54
Votre PUB ici

Il ne faut surtout pas faire descendre la température. On n’ergote pas sur ce froid de canard qui s’est subitement installé dans le pays et qui pourrait livrer les résultats d’un possible baby-boom dans neuf mois. Nous avons l’esprit tordu dans cette maison pour toujours penser à des histoires de fesses. Bon, on se calme pour ne pas créer la zizanie au sein des familles et faire exploser les couches.

A propos de procréation, d’ailleurs, on attend toujours l’enfant de celle qui avait fait sombrer le pays en mars 2021. Douze mois de gestation, il doit être un extraterrestre, ce nourrisson qu’on attend tous ! Le Chef, qui est sur son nuage avec une jeunesse toujours dans l’euphorie de savourer une coupe continentale qui nous fuyait depuis plus de 60 ans, en plus d’étrenner un stade à nul autre pareil, le Chef, donc, ne voudrait certainement pas voir descendre cette subite sympathie de sa jeunesse à son égard. Il veut plutôt faire durer la lune de miel.

Une baisse des prix des denrées alimentaires, la fin d’une longue grève des enseignants. Et voilà comme par enchantement, à deux jours de la célébration de cette journée noire qui avait failli faire cramer le pays, le quotidien français, « Le Monde » se détourne de la guerre aux portes de l’Europe pour une digression sur celle que la majorité de ses compatriotes considère comme une mythomane. Voire une putain ! L’objectif est de tout faire pour rendre détestable l’autre notamment celui qui se présente pour le moment comme le plus grand opposant de ce charmant pays pendant que l’autre force qui bande les muscles négocie pour des retrouvailles.

L’article du « Monde » est-il un coup de pub ou de la com destinée à donner l’estocade à l’opposant histoire de le griller aux yeux de cette jeunesse qui le porte aux nues. Bien joué, les gars surtout que nos confrères Toubab nous font découvrir une belle dame qui leur dit vivre une situation exécrable si bien qu’elle peine à s’offrir un bout de slip.

Snif, sortez les mouchoirs ! Encore une de ces histoires cousues de fil blanc. Cette demoiselle, qui s’est présentée à nos confrères français, pue l’opulence. Y en a qui en doutent ?
KACCOOR BI

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *