Adji Mergane Kanouté: « Toutes les sages-femmes sont coupables »

Views: 40
Votre PUB ici

Adji Mbergane Kanouté, Coordonnatrice de la coalition Macky 2012, digère mal la mort d’Astou Sokhna et la grève entamée par les sages-femmes. A l’en croire, « elles sont toutes coupables » et « méritent des sanctions » Elle était l’invitée du Grand Oral sur Rewmi Fm.

Qu’avez-vous ressenti après la mort d’Astou Sokhna pour non-assistance ?

En tant que femme et mère, j’ai souffert et j’ai craqué quand j’ai vu l’image de cette femme, une image joviale avec un ventre rond qui attendait l’arrivée de son bébé et avec sa robe rouge. Cela a fait un choc à mon niveau mais j’ai vu que des hommes ont aussi compati à cette douleur et il faut dire que cette femme a souffert. En écoutant sa maman, on ne peut pas être insensible face à cette situation. Donc cela nous revient de mieux reconsidérer ce qui se passe dans nos structures sanitaires. Mais aussi c’est l’horreur quand je vois des sages-femmes décréter une journée sans accouchement. Cela prouve à suffisance la culpabilité de ces femmes-là. Et là, je me suis posé la question de savoir si la justice avait besoin de poursuivre son enquête. On a les coupables. Car décréter une journée sans accouchement est terrible. Ces sages-femmes ont été assistées avant qu’elles ne viennent au monde. Elles rechignent à assister leurs sœurs, c’est inhumain. Des sanctions devraient être appliquées car cette décision est cruelle et criminelle. Le problème n’est pas celui du système de santé car nous en avons le meilleur. Nous avons des plateaux médicaux relevés. Ce qui se pose, c’est le personnel médical. Il faut aller se pencher sur la professionnalisation du secteur. Ce qui est arrivé à Adja Astou pouvait m’arriver en 2007 en donnant naissance à ma fille. Depuis 10 ans, je cherche cette Marie là pour lui régler son compte. La délivrance est dure et la femme a besoin d’être consolée. En Europe, des femmes chantent pour vous soulager.

Quel commentaire faites-vous des sanctions prises à l’endroit du Directeur de l’hôpital. Ont-elles été suffisantes?

Mais elles sont bonnes. Des patientes n’osent pas porter plainte mais c’est une mesure qui va permettre aussi aux autres de se lever et que des sanctions soient prises à l’endroit des sages-femmes.

Les médecins dénoncent une précipitation des sanctions en allant en grève ?

Non dans les 48h, la machine judiciaire était en branle, c’est pour montrer aussi que les choses devaient connaître une évolution. Il y a autant de fautes qui prouvent la négligence aussi. Nous venons de recruter du personnel massif. Et on fait tout pour un relèvement du niveau. Les raisons sont fallacieuses et elles sont coupables. Les sages-femmes comme les médecins, tout le monde est coupable. J’ai été à l’hôpital Principal et j’ai assisté à une scène où le médecin refusait de prendre en compte un patient est un danger. C’est le corps médical qui est malade.

D’aucuns réclament le départ de Diouf Sarr?

Quand je parle du corps médical, je parle du personnel. On a le matériel qu’il faut et les infrastructures qu’il faut. Le problème c’est le personnel. Il n’est pas formé comme il le faut. C’est ce que Macky a dit dernièrement en Conseil des ministres. Il a indiqué qu’il faut aller vers la professionnalisation. Ce n’est pas opportun de réclamer le départ de Diouf Sarr. En quoi il est impliqué ? Il n’était pas là au moment des faits. Quand une femme accouche, le ministre n’est pas là. La personne en charge de la structure doit être en mesure de savoir ce qui se passe et veiller à la bonne marche. Mais depuis des années, les patientes sont victimes d’insolence, de brimades et de non-assistance. Nombreuses sont les femmes qui veulent être suivies par un homme. C’est la tendance, mais pourquoi ? Le « yeurmandé » chez les femmes c’est ce que l’on retrouve chez les hommes de plus en plus.

On parle d’infrastructures et de formations. N’est-il pas important de relever le plateau technique ?

Macky Sall est dans cette dynamique d’ailleurs. Les hôpitaux sont aux normes internationales. Le régime est en train de faire tout son possible pour davantage relever le niveau des plateaux. Le seul problème c’est le capital humain et il nous en faut de qualité.

L’Assemblée ne doit-elle pas jouer le rôle de veille ?

L’assemblée l’a toujours fait. La preuve, à chaque passage du ministre, il est interpellé sur les problématiques et le relèvement du plateau et le renforcement. Il y a un suivi et cela fait partie des prérogatives. On a ce rôle d’évaluation et nous le jouons à merveille. On a insisté sur la professionnalisation du corps médical et surtout des sages-femmes.

Après le drame Astou Sokhna, pensez-vous à une résolution pour que cette professionnalisation s’accélère ?

Macky Sall a pris les choses en main. Qui le connaît sait qu’il ne badine pas avec la santé des gens ni avec la vie des gens. D’où sa réaction. Il s’est indigné et a demandé que des actions soient menées. Il ne faudrait pas que l’Association des sages-femmes mette la pression sur la justice. Ce n’est pas normal et il faut que cette association soit sereine. On peut être solidaire, mais il faut aussi penser aux femmes enceintes. Elles ont décrété une journée sans accouchement. C’est criminel et inhumain. Il faut sanctionner et c’est normal.

Il y en a qui parlent de radiation. A votre avis, qu’est-ce qu’il faut faire ?

Pourquoi pas ? Ce qu’on a fait avec les policiers, c’est plus grave avec ces sages-femmes. Une journée sans accouchement, c’est inhumain et je suis restée choquée quand j’ai entendu la présidente des sages-femmes parler de la sorte. Cela veut dire qu’elles ont été insensibles à la souffrance de celles qui donnent la vie.

On s’interroge sur le pourquoi du blocage de l’augmentation du nombre de députés. La majorité n’a pas suivi l’exécutif dans sa démarche ?

Les députés ne suivent pas aveuglément l’exécutif. Il faut juste savoir que tous les projets de lois qui nous arrivent, sont en faveur des populations. Et quand ce sont des projets de loi en leur faveur, nous votons car le Président a été élu par le peuple sur la base d’un bilan. Tous les projets de loi sont favorables à la population. D’où leur vote. Pour le projet de loi relatif à l’augmentation des députés en commission, il y a eu un consensus, pouvoir comme opposition. Au niveau des concertations il y avait ce consensus aussi.

Cheikh Dieng semble avoir soutenu le contraire et dit qu’il n’y a jamais eu de concertations ?

S’il le dit, je pense que tous les partis ont dit qu’il y avait cette approche. Nous étions tous d’accord sur le principe. Quand dans un département, il y a plus de 170 mille habitants, mais il faut un député. Arrivée à la plénière, cette opposition parlementaire a fait volte-face. Elle a montré une autre démarche en nous mettant devant le fait accompli pour se faire passer comme des victimes et dire que les priorités sont ailleurs. Quand on a compris, on a décidé de la suivre. Ils ont voulu nous mettre en mal avec l’opinion et ils se sont retirés avant de revenir nous dire qu’on laisse le projet tel quel. Nous avons refusé et voilà. C’est pourquoi les autres partis ont été écartés par cette opposition car en rejetant la possibilité d’augmentation, c’est le plus fort reste qui disparaît et n’aura plus d’effet. Si cela est combattu c’est aussi combattre les autres partis qui devaient siéger à l’Assemblée nationale. Voilà toute l’histoire et nous avons déduit 7 députés et on aura 50 sur la liste nationale.

Une affaire dans l’affaire, est-ce qu’il n’y avait pas ce calcul aussi ?

Non du tout. Nous étions d’accord pour le BBY car c’était autorisé par le code électoral. Il fallait corriger les disparités. Je ne pense pas que ces derniers s’attendaient à l’amendement. Ils ont voulu que l’on reprenne les choses à l’état. Pas du tout possible.

Mais vous avez retenu quoi car à travers les réseaux sociaux, c’était pour dire que cela est sans importance fac à la cherté de la vie ?

L’Etat a fait des efforts. Les députés sont les moins payés au niveau de la sous-région. Si nous étions calés au code électoral, nous aurions dépassé le nombre de 200 députés au Sénégal. Mais nous ne l’avons pas fait. Cette décision c’est le Code qui l’autorise. L’opposition voulait être dans la manipulation mais ce fut un jeu de yoyo.

Alors comprenez-vous ces critiques contre ces réaménagements ?

Mais ils sont dans la politique politicienne et ils ont été pris dans leur propre piège. C’est le serpent qui se mord la queue. Ils n’ont pas vu venir l’amendement car s’ils le savaient, ils n’allaient pas procéder ainsi. Ils l’ont fait sciemment et pour éviter que les autres partis siègent à l’assemblée, il faut que les autres le comprennent ainsi. Les autres partis dits « petits » comprennent qu’ils ont été combattus. L’opposition est en train de tuer démocratie et vote pour le recul à l’Assemblée. Il faut que l’opinion prenne conscience de cela.

Parlons du parrainage, où en êtes-vous avec la récolte de parrains ?

Avant-hier nous avions remis un premier lot de 60,000 parrains. Nous avons un rôle à jouer et nous sommes dans tous les départements. Ils sont en train de le faire et ils ont sillonné tous les départements et chacun a amené 500 parrains. C’est un premier lot et on attend 80 mille autres que nous allons remettre à Aminata Touré. Certains étaient dans l’intérieur du pays et il faut tout rassembler. Cela montre que les députés sont dans leur politique et nous avons cette ambition d’assurer à Macky une majorité confortable à l’assemblée.

On parle de cohabitation tout de même au niveau de l’Assemblée ?

Il n’y en aura pas. Nous sortons des élections locales et nous sommes en tête. Yewwi, Guem sa bopp et Wallu ont été battus par Benno. On contrôle 497 communes. Nous sommes devant et bien avant d’ailleurs. Notre candidat passerait au premier tour si c’était la Présidentielle. La cohabitation c’est de l’utopie et ils passent du réel à l’irréel.

Alors êtes-vous en train de barrer la route aux autres avec cette collecte de parrains ?

Non nous ne barrons la route à personne car ce sont des leaders qui sont dans les coalitions. Et s’ils sont sûrs d’eux, ils n’ont pas d’inquiétude à se faire. Ils n’ont qu’à aller chercher des parrains. Si les Sénégalais pensent parrainer Macky pour une majorité à l’assemblée et ses grands projets et programmes, c’est bien. Cette stabilité et cette paix aussi nous valent cette crédibilité. Il est important de parrainer la liste Bby et c’est un gage de sécurité. A mon humble avis, l’opposition n’est pas sûre d’elle. Car s’ils pensaient qu’elle avait la base et les militants véritablement, ils n’allaient pas protester contre le parrainage. Ils sont sur le terrain et en train de trouver des parrains. Le parrainage est un filtre et on ne peut pas avoir une pléiade de listes.

Combien de Macky 2012 existent avec le nombre de communiqués rédigés et publiées ?

Ce que je peux dire, c’est qu’il n’y a qu’une seule dont je suis la coordonnatrice. Je ne suis pas vice-président pour rien. Je suis là avec ma casquette et investie en tant que député. Alors comment en avoir. Mously Diakhaté n’est pas au courant et la presse devrait être rigoureuse dans le traitement de certains communiqués. Les gens se sont regroupés avec d’autres mais il faut faire la part des choses. Macky préside la coalition Macky 2012 et nous sommes tous des coordonnatrices et coordonnateurs.

MOMAR CISSE

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *