A qui faire confiance en 2022 ?

Views: 176
Votre PUB ici

La question qui a défini 2021 était peut-être celle que Ponce Pilate, procureur de Judée, a posé à Jésus dans l’Évangile de Jean : qu’est-ce que la vérité ? En effet, toutes les questions les plus débattues de cette année désastreuse, des vaccins aux fausses nouvelles, concernaient finalement la « vérité ». Bien au-delà de la postmodernité, nous semblions avoir perdu l’ensemble partagé de valeurs qui constituaient l’armature de nos sociétés dans le passé. Ce n’est pas nécessairement faux. Les philosophes Friedrich Nietzsche et Martin Heidegger ont souligné comment les systèmes de valeurs traditionnels sont minés par des structures trop rigides pour l’histoire. Ces structures, qu’elles soient scientifiques ou économiques, sont toujours façonnées par les époques et les sociétés qui en déterminent les issues. Alors que nous entrons dans une nouvelle année, la question de la vérité devient : à qui pouvons-nous faire confiance en 2022 ?

Nous devons mettre de côté toute prétention d’immuabilité et chercher une réponse à l’intérieur de l’histoire. Mais dans cet effort, nous ne pouvons pas laisser notre vie entre les mains d’experts uniquement, même si les langages de la techno-science nécessitent une connaissance approfondie d’un cursus hyper-spécialisé.

En tant que citoyens, nous avons tous le droit de discuter de l’effet social des découvertes et des conclusions des scientifiques, même si nous ne sommes peut-être pas capables de reproduire leurs expériences ou de suivre leurs explications mathématiques. C’est également le cas avec les vaccins COVID-19 : chaque argument honnête et cohérent sur cette question doit être sérieusement pris en compte. Les experts ne peuvent et ne doivent pas rejeter les préoccupations, les questions et les arguments des citoyens sur des problèmes qui affectent directement leur vie avec une attitude de « restez à l’écart et laissez-nous faire notre travail ». Tout comme les recommandations des économistes n’étaient pas suffisantes pour résoudre la crise économique de 2008/9, les conclusions et recommandations des scientifiques ne peuvent à elles seules mettre fin à cette pandémie dévastatrice. De telles crises économiques ou de santé publique nécessitent des réponses d’une variété d’agents sociaux qui peuvent ensemble fournir des solutions qui sont chacune adaptées à un objectif dans des domaines spécifiques. Nous appelons ces agents « institutions publiques ».

Généralement, les modi operandi des démocraties sont plus douloureux que ceux des régimes autoritaires. Le modèle de la « Raison de la technocratie » est un modèle historiquement occidental qui a connu de nombreux succès mais a également ouvert la voie à d’innombrables atrocités et injustices. Malgré ce que de nombreux scientifiques sont souvent tentés de croire, la science ne peut se substituer à la démocratie ou à la religion. Ainsi, la seule solution viable est de rechercher la vérité insaisissable à l’intérieur de la communauté sociale.

Si la « vérité », comme l’a expliqué le philosophe Richard Rorty, est « ce que vos contemporains vous permettent de dire », alors la vérité dans le monde humain n’est pas éternelle mais plutôt un produit des accords sociaux actuels. Cela est évident dans l’histoire des pionniers de la technologie de l’ARN messager qui a permis la production de plusieurs vaccins COVID-19 de premier plan. La biochimiste Katalin Kariko et l’immunologiste Drew Weissman ont lutté pendant des années pour obtenir un financement pour leur recherche sur l’ARNm, et l’importance de leur travail n’a été reconnue par la communauté scientifique qu’après que les vaccins COVID-19 alimentés par l’ARNm ont changé le cours de la pandémie. Comment pouvons-nous éviter de négliger de telles percées scientifiques clés, ou des tournants sociaux et des opportunités politiques tout aussi importants à l’avenir ?

Ce ne sera pas facile : la consumérisation des technologies de la communication, les relations avec les médias sociaux et l’atomisme social nous ont laissés divisés et concentrés sur nous-mêmes, faisant de la solidarité un concept du passé. Notre manque actuel d’identité partagée est si désespéré – et destructeur – que dans son An American Utopia (2016), le célèbre théoricien culturel Fredric Jameson a proposé la création d’une structure parallèle : une armée composée de tous les citoyens. Le défi est de construire un véritable réseau communautaire pour commencer à construire une société alternative, vraiment démocratique. Ceux qui, comme Julian Assange de Wikileaks, ont tenté de fournir les premiers outils pour construire une telle alternative, ont cependant été rapidement bloqués et réduits au silence, soulevant des questions sur la faisabilité d’un tel projet.

Ainsi, le mantra de 2022 doit être : retournons à la société ! Nous devons nous fier à nous-mêmes, à notre capacité innée de vivre ensemble, le « zoon politikon » (animal politique) que nous sommes. Il faut, comme le suggérait le philosophe Paul K Feyerabend, « conquérir l’abondance », l’irréductible richesse de la vie, contre toutes les approches abstraites encadrant le monde technocratique de la mondialisation marchande. Citant l’écrivain et philosophe Gilbert K Chesterton : « Un fou n’est pas quelqu’un qui a perdu sa raison mais quelqu’un qui a tout perdu sauf sa raison ».

Il n’y a rien de nouveau à inventer : il faut partir de ce que nous avons déjà, et de ce que nous sommes déjà. En 1999, le sociologue urbain Ray Oldenburg a écrit le livre inoubliable The Great Good Place sur « Cafés, cafés, librairies, bars, salons de coiffure et autres lieux de rencontre au cœur d’une communauté ». Le message du livre était simple : « les tiers-lieux – où les gens peuvent se réunir, mettre de côté les soucis du travail et de la maison, et se retrouver simplement pour le plaisir d’une bonne compagnie et d’une conversation animée – sont le cœur de la vitalité sociale d’une communauté et le base de la démocratie ». Et ce message est toujours valable – ce sont les lieux de création de communauté (oui, en symétrie évidente avec la « création d’âme » dont parle John Keats dans sa célèbre lettre). Sur une couche plus complexe, vous pouvez ajouter à cette liste l’église, la mosquée, la synagogue dans les sociétés traditionnelles, et pourquoi pas ? Aussi les partis politiques, les syndicats… tout y passe. Même avant que la pandémie ne frappe, ces endroits perdaient du terrain. Mais maintenant, alors que nous luttons pour revenir à une sorte de normalité, des innovateurs perturbateurs tels que Mark Zuckerberg proposent de nouvelles plates-formes (« Multiversum ») qui nous diviseraient sans aucun doute davantage. Et ainsi, les « troisièmes places » physiques d’Oldenbourg sont plus importantes que jamais.

Indépendamment des diverses significations et formes qu’elle peut prendre dans différentes cultures, la « conversation » est au centre du concept de communauté. Internet est une pure magie – il a la capacité de diffuser de nombreux aspects de cette conversation dans le monde entier. Mais il ne peut pas transporter les visages, les odeurs, les gestes, le toucher, la perception commune d’un lieu qui donnent du sens à la conversation. “La rapidité des médias sociaux”, comme l’a souligné un jour la philosophe américaine Judith Butler, “permet des formes de vitriol qui ne soutiennent pas exactement un débat réfléchi”. Donc, en cette nouvelle année, pour retourner dans la société, nous devrions avoir une conversation humaine décente, c’est-à-dire que nous devrions ramener la conversation à ces endroits que nous avons perdus.

Cette conversation est plus une attitude qu’une praxis. Une nouvelle vague d’inflation et la lutte économique qui en résulte semblent être de nouveau au coin de la rue pour la plupart d’entre nous. Alors, comment la « conversation » peut-elle nous aider ?

Elle ne nous apportera certainement pas de solution, mais elle peut préparer le terrain à l’émergence d’une réponse collective – une réponse fondée sur un sentiment communautaire de justice et un partage plus équitable des sacrifices.

La pandémie nous a inévitablement invités à reconsidérer notre sens de la communauté – elle nous a montré que, face à une crise de cette ampleur, notre seule vraie issue est la solidarité. En effet, nous savons maintenant que des variantes continueront d’émerger et que la pandémie ne sera pas vraiment terminée tant que les habitants des pays du Sud n’auront pas eux aussi un accès adéquat aux vaccins.

Alors peut-on encore faire confiance à nos institutions publiques en 2022 ?

Si nous le pouvons, ce n’est pas seulement pour les garanties qu’ils continuent de fournir, mais aussi parce qu’ils soutiennent ce réseau communautaire que nous appelons la société. Est-ce un point de vue utopique ?

Oui, et non – car contre la puissante vulgate mainstream selon laquelle « il n’y a pas d’alternative », notre histoire suggère qu’il n’y a pas de réalité unique, mais plutôt un enchevêtrement complexe d’interprétations qui cristallisent de nombreuses visions possibles du monde. Ce à quoi nous ne devons pas faire confiance en 2022, c’est le récit d’un réalisme idéologique qui sert l’histoire d’un monde à sens unique.

Comments: 0

Your email address will not be published. Required fields are marked with *